Actualités mutuelle

Bilan mitigé pour les contrats responsables en optique

Publié par le

Les contrats responsables sont-ils efficaces pour les adhérents ?

A partir du 31 décembre 2017, l’ensemble des complémentaires santé, individuelles comme collectives devront s’adapter à la nouvelle réforme des contrats responsables et solidaires. Le site Acuité a interrogé 3 experts qui dressent un bilan plutôt mitigé de cette réforme, depuis avril 2015.

Une réforme qui pénalise certains assurés

Si l’objectif des contrats responsables est de limiter la hausse des prix des complémentaires santé, cette réforme aurait ses limites pour certains adhérents explique Christophe Lafond, vice-président de la MGEN. Si elle permet de baisser le restant à charge des équipements optique, la réforme pénalise aussi certains adhérents, notamment en raison de la règle du changement d’équipement tous les deux ans pour les adultes et tous les ans pour les mineurs.  Pourquoi ? Parce que certains adhérents ont besoin de changer plusieurs fois d’équipement par an, pour des raisons de santé.

Pour Vincent Harel, directeur de l’activité Santé et Prévoyance de Mercer France, le problème avec la réforme des contrats responsables c’est qu’elle complexifie la lecture des garanties de complémentaires santé. Selon lui, cette réforme n’aurait même pas réussi à modérer les tarifs, et pire encore ne serait pas parvenue à résoudre le problème de l’accès aux soins.

Pour Anne André, directeur général délégué chez Henner, la monture à 150 euros a un véritable impact. En effet, les adhérents étaient habitués à être pris en charge à hauteur de 180/190 euros explique-t-elle. Mais les clients se sont adaptés en achetant des équipements moins chers afin de limiter le restant à charge. Autre avantage : l’amélioration des remboursements des verres forte correction, moins bien pris en charge avant la réforme.  Si Anne André ne préconise pas la suppression des contrats responsables, elle estime que la réforme nécessite d’un véritable bilan et de diverses adaptations.

Un avis partagé par Jean-Pierre Diaz, directeur santé prévoyance d’AG2R La Mondiale qui reconnait des abus, notamment concernant les contrats de complémentaire santé en frais réels. Pour limiter à nouveau ces abus, il convient de mettre en place des « mécanismes de régulation ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES