Actualités mutuelle

Secteur métallurgique : pas d'accord pour une mutuelle collective - Mutuelle-land.com

Publié par le

Dans le cadre de l’Accord National Interprofessionnel (ANI), les complémentaires santé devront être étendues à l’ensemble des employés d’ici 2016. Les patrons sont alors invités à suivre la recommandation de leur branche en ce qui concerne la sélection d’un organisme d’assurance. Du côté de la branche métallurgie, les négociations ont été clôturées.

Incertitude juridique

La loi de sécurisation de l’emploi datant de 2013 implique différentes mesures. Dans ce cadre, la publication de cinq décrets était attendue avant la fin du mois de septembre 2014. Cependant, une seule publication a été faite et celle-ci porte sur les garanties minimales requises. Face à cela, la branche métallurgie, représentée par l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (UIMM) qui est la plus importante de l’Hexagone a décidé de clôturer les négociations sans qu’un accord n’ait été trouvé. Un représentant de l’UIMM, en l’occurrence Jean-Pierre Fine qui n’est autre que le Secrétaire Général, souligne que cette situation est regrettable mais, étant donné l’incertitude juridique, il n’était pas possible de prendre une décision.

Que va-t-il se passer ?

Face à cette décision, la CFDT métallurgie a fait part de ses inquiétudes. Selon cette entité, les employés et les salariés vont se retrouver dans une situation délicate même si, de son côté, l’organisation patronale s’engage à soumettre une solution permettant de bien choisir les assureurs.

Pour sa part, Jean-Pierre Fine souligne que même si les négociations sont suspendues, l’UIMM compte poursuivre la démarche mais, cette fois-ci, unilatéralement. Concrètement, diverses offres de mutuelles collectives vont être confrontées. Etant donné que la branche rassemble quelque 1,6 million d’employés, l’UIMM pense que les retombées seront donc les mêmes. Dans tous les cas, l’entité ne pouvait pas prendre position compte tenue de l’incertitude. Du côté de la CFDT métallurgie, la solution proposée par le patronat va s’effectuer sans se baser sur un panier de soins de référence. Le syndicat appréhende alors des frais plus élevés. Affaire à suivre.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES