Actualités mutuelle

ANI : pas d'accord pour le BTP

Publié par le

Afin d’offrir une mutuelle santé collective aux salariés de la branche BTP, la Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb) et la Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP) ne sont pas parvenue à un accord en raison d’un préambule imposé par la Fédération Française du Bâtiment (FFB).

Loi ANI dans le BTP : un accord de branche tombé à l’eau

Alors que les organisations patronales et salariales cherchaient un accord pour offrir une complémentaire santé collective aux salariés de la branche BTP, les négociations ont échouée en raison de la présence d’un préambule.

La FNTP estime que sa proposition va au-delà du socle légal imposé par la loi ANI en matière de garantie, notamment pour la prise en charge des soins de ville et hospitaliers, proposant ainsi un lit accompagnant pour l’hospitalisation des enfants de moins de 12 ans, la prise en charge des prothèses dentaires et auditives, de l'optique, des cures thermales et de l'ostéopathie. En cas de maladie grave d’un enfant, les parents auraient pu bénéficier d’un don de congés.

Le préambule de la discorde

La Capeb n’a pas souhaité signer l’accord en raison d’un préambule jugé inacceptable, ainsi que l’article 1, imposé par la Fédération Française du Bâtiment. Ce qui rend cette partie de la négociation inacceptable ? La suppression d’un avantage de la profession, telle que la prime de vacances liée à l’ancienneté des salariés et sur les jours de fractionnement de leurs congés

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES