Actualités mutuelle

Les failles du système de santé américain

Publié par le

L’aventure financière de Katie Pitre, une policière québécoise de 29 ans atteinte d’un cancer des ovaires, a très vite fait le tour du web. Sur une durée de 10 jours seulement, elle devra amasser près de 310 000 dollars soit environ 226 000 € afin de subvenir aux frais liés au traitement de son cancer.

Katie ne peut compter ni sur ses assurances privées ni sur l’Assurance maladie

Atteinte d’un cancer agressif des ovaires, cette policière devrait suivre un traitement expérimental aux Etats-Unis pour pouvoir survivre. Le hic dans cette affaire c’est que le traitement en question n’est ni couvert par l’Assurance maladie au Québec ni même par les complémentaires santé privées de Katie. Katie devra donc engager une course contre la montre afin de trouver la bagatelle de près de 310 000 dollars nécessaires pour son traitement. Ainsi une campagne de financement a été lancée afin de récolter les fonds nécessaires pour la guérison de Katie. Aux dernières nouvelles, il se trouve que cette policière québécoise a déjà réussi à amasser près de 225 000 dollars grâce aux divers dons qu’elle a reçus et un site web a été même dédié à récolter des fonds afin de l’aider à faire face aux coûts onéreux pour son traitement aux USA.

La prise en charge du cancer par les mutuelles en France

Il est préférable d’opter pour la souscription d’une mutuelle pour une bonne prise en charge du cancer en France. En effet, même si l’Assurance Maladie rembourse les frais liés au traitement de certains types de cancer comme le cancer du sein ou celui du poumon, les surplus comme le ticket modérateur ou le dépassement d’honoraire reviennent encore à la charge du patient. C’est justement pour éviter les désagréments causés par ces surplus de dépenses qu’il serait plus avisé d’opter pour une bonne mutuelle santé pour un remboursement décent de ses frais pour le traitement d’un cancer. À retenir par exemple que la prise en charge par la Sécu pour la consultation d’un médecin généraliste en cas de cancer du sein remonte seulement à hauteur de 70 %. À défaut d’avoir une  bonne mutuelle, une patiente devra donc supporter les frais non remboursés par la Sécu.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES