Actualités mutuelle

Mediator : J. Servier veut faire jouer la responsabilité des médecins

Publié par le , Mis à jour le 11/02/2011 à 16:37

Un premier rendez-vous avec la justice

C’est aujourd’hui à 13h30 que Jacques Servier, patron et fondateur du laboratoire Servier, est apparu pour la première fois devant ses juges au tribunal de Nanterre dans le cadre de l’affaire du Mediator pour « tromperie aggravée ».

Commercialisé depuis 1976, ce médicament a rapidement vu sa fonction première détournée. Destiné initialement aux diabétiques en surcharge pondérale ou présentant une hypertriglycéridémie, le Mediator a également été prescrit aux patients qui souhaitaient perdre du poids. Interdit en novembre 2009, il aurait entraîné en France la mort de plus de 500 patients et l'hospitalisation de 3 500 personnes selon l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).

Servier dévoile sa stratégie de défense

Lâché par son assureur Axa – pour de plus amples détails, consulter notre article Axa refuse de couvrir Servier pour les risques liés au Mediator - Jacques Servier semble bien décidé à étendre le champ des responsabilités

C’est en effet ce que laisse clairement apparaître sa stratégie de défense exposée aujourd’hui dans les colonnes de Metro : « Il sera tenu compte dans la défense de Servier si le médicament a bien été utilisé dans le cadre de l’autorisation de mise sur le marché ou pas. » 

Jacques Servier veut ainsi faire jouer la responsabilité des médecins qui ont prescrit le Mediator comme coupe-faim et non comme antidiabétique, vertu pour laquelle a été délivrée l’autorisation de mise sur le marché (AMM).

Une stratégie qui pourrait s’avérer payante. Cité par Metro, le docteur André Deseur, membre du Conseil national de l’ordre des médecins, estime en effet que « dans le cas où le produit a été prescrit hors indication et que le patient a été mis en danger, la responsabilité du praticien risque d’être engagée ».

Or, et selon les périodes, entre 20 et 70 % des prescriptions ont bénéficié à des patients non-diabétiques en surpoids, cas de figure non couvert par l’AMM.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES