Actualités mutuelle

Mediator : Une première proposition pour le fonds d'indemnisation

Publié par le , Mis à jour le 05/11/2014 à 16:05
Une annonce à 20 millions d’euros 
Alors que son patron, Jacques Servier, a comparu vendredi devant le tribunal de Nanterre dans le cadre de l’affaire Mediator, le géant pharmaceutique a formulé une première offre pour la dotation d’un fonds d’indemnisation des victimes
En écho à une association de consommateurs qui avait réclamé le mois dernier la création d’un tel fonds, Servier se dit prêt à réaliser une première dotation de 20 millions d’euros signalant par voie de communiqué : « Les laboratoires ont annoncé qu'ils étaient prêts à créer, dans l'intérêt des patients et en dehors de toute reconnaissance de responsabilité, un fonds d'indemnisation spécifique avec une première dotation de 20 millions d'euros ».
Alors qu’UFC-Que Choisir y voit un « premier pas », l'Association Française des Diabétiques (AFD) ne cache pas son scepticisme. Jacques Le Disez, son directeur en charge de la communication, prend acte de cette annonce « sous réserve de l'évaluation des préjudices » avant d’ajouter : « Mais, avec 20 millions, on est bien loin du compte et nous ne demandons pas l'aumône ». Au total, c’est plus d’un milliard d’euros que les plaignants réclament en réparation de leur préjudice – consulter notre article Le laboratoire Servier se voit demander 1.6 milliards d'euros d'indemnisation.
Un premier procès fin septembre 2011
Vendredi dernier, le tribunal correctionnel de Nanterre a lancé une procédure pénale pour « tromperie aggravée » contre les laboratoires Servier, créateur et fabricant du Mediator, et Biopharma, société qui en a assuré la commercialisation. L’on connaît à présent la date du procès.
Isabelle Prévost-Desprez, présidente de la 15ème chambre de Nanterre, s’est déclarée compétente pour juger de deux citations directes dirigées contre les deux acteurs précités. Un premier procès aura lieu en deux temps, du 26 au 30 septembre et du 6 au 7 octobre.
La responsabilité de l’Agence européenne du médicament ?
Dans une récente interview accordée au Point, Michèle Rivasi, député européenne d’Europe Écologie-Les Verts, a mis en cause la responsabilité de l’Agence européenne du médicament (EMA). Elle lui reproche notamment d’avoir « laissé le Mediator sur le marché » ajoutant que : «Dès 1997, on disposait de nombreux rapports qui indiquaient que le benfluorex (nom chimique de la molécule), dont le nom se termine par "orex", était bien un anorexigène. On savait aussi que l'isoméride (une molécule voisine) entraînait des effets secondaires importants chez les patients. Or, en 1999, l'Agence a retiré l'autorisation de commercialisation de tous les coupe-faim, sauf celle du Mediator. Je demande aujourd'hui à la commission d'expliquer le pourquoi de cette exception. D'autant plus que la Food and Drug Administration américaine avait, elle, auparavant interdit tous ces produits, y compris le Mediator.»
 
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES