Actualités mutuelle

TPE : les patrons prêts à payer pour la santé de leurs salariés

Publié par le , Mis à jour le 12/12/2014 à 15:02

Alors que l’accord national interprofessionnel (ANI) va imposer aux entreprises du secteur privé de proposer obligatoirement une mutuelle d’entreprise à l’ensemble de leurs salariés. Si la loi impose une couverture minimum, les patrons seraient prêts à se montrer plus généreux que ne l’impose la loi. Explications.

Sondage : les patrons sont généreux en matière de mutuelle

Selon un sondage CSA pour l’assureur Metlife, les patrons des TPE (moins de 10 salariés) seraient prêts à « investir » pour couvrir leurs salariés en matière de santé.

Malgré un panier de soins minimum imposé par l’ANI, ils déclarent être prêts à débourser en moyenne 48 euros par mois et par salarié pour la mutuelle collective.

Les patrons employant au moins 3 salariés déclarent être prêts à verser 58 euros par mois et par salariés, ceux employant 1 à 2 salariés, 41 euros.

Ces sommes reflètent une certaine générosité des patrons, puisque ces derniers seront tenus de proposer un panier minimum, dont la cotisation mensuelle peut-être seulement d’une trentaine d’euros. Les organismes de mutuelle ou d’assurance santé se bousculent déjà pour créer ces nouvelles formules répondant à la législation et qui s’adapteront aux besoins des entreprises.

Des patrons toujours ignorants de cette législation ?

Le sondage met également en évidence que près d’un quart (23 %) des patrons de TPE ignorent encore la mise en place de ce dispositif, et ne s’y préparent donc pas encore.

Ceux qui sont au courant quant à eux se montrent intéressés par la protection de santé de leurs salariés. Près de la moitié (49 %) des dirigeants de TPE estiment que cette question est « très importante » voire « majeure ».

Leurs intentions tournent majoritairement autour de la souscription d’une bonne complémentaire santé (77 %), un contrat de prévoyance (arrêt de travail ou invalidité) pour 59 % d’entre eux et enfin un contrat de prévoyance en cas de décès pour 53 % des sondés.

Que de bonnes nouvelles pour les salariés qui pourront obtenir une bonne couverture de santé. Et pour ceux qui estimeraient ne pas être assez couverts, ils pourront toujours opter pour la souscription d’une surcomplémentaire.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES