Actualités mutuelle

Mutuelle communale : et si c'était la solution ?

Publié par le

Caumont-sur-Durance est la première municipalité a lancer une mutuelle communale

De nombreuses municipalités n’hésitent plus à proposer une « mutuelle communale » à leurs habitants. Une alternative plus compétitive qu’un contrat classique et qui permet de réduire le prix des cotisations de 30 à 60%.

« Cela ne coûte rien à la commune »

C’est peut-être l’alternative pour venir en aide aux 3 millions de Français qui n’ont pas de complémentaire santé. Alors qu’UFC Que-choisir dénonce « une flambée des prix », de plus en plus de communes proposent « une mutuelle collective ».  Anciennement appelé « la mutuelle de village », ce contrat a pour objectif de rassembler le plus grand nombre d’habitants afin de négocier des tarifs plus compétitifs.

C’est la commune de Caumont-sur-Durance dans le Vaucluse qui se lance la première. En 2013, la mairie propose une complémentaire communale pour 47 euros par mois. Près de 265 foyers profiteront de cette offre.

Très vite d’autres villes lui emboîtent le pas. À quelques semaines des municipales 2020, Bonneuil-sur-Marne va proposer, d’ici cet été, une assurance santé à près de 20% de sa population. C’est l’organisme Solimut qui travaille déjà avec la mairie de Montreuil qui a remporté l’appel d’offres lancé en décembre dernier. Un célibataire paiera 45 euros par mois, moins de 89.42 euros pour une famille avec des enfants. Selon le Parisien, les tarifs sont bien moins élevés que la moyenne du Val-de-Marne qui s’élève à 99 euros par mois.

Dans la foulée, Ermenonville dans l’Oise s’est engagée auprès de l’assureur Axa pour proposer une mutuelle communale. Un partenariat qui permettra aux habitants d’obtenir une jolie réduction de 25% : « Aujourd’hui, on a de moins en moins de personnes couvertes car les mutuelles sont chères. La sécurité sociale rembourse de moins en moins et certaines personnes renoncent à se soigner. Cette convention nous paraissait intéressante, d’autant que ça ne coûte rien à la commune » explique dans les colonnes du quotidien Alain Pètrement, le maire (SE) de la ville.

Quels sont les avantages et les inconvénients d’une mutuelle communale ?

Vous l’aurez compris, la mutuelle peut offrir de sacrés avantages. C’est le cas du tarif. Les adhérents peuvent faire des économies conséquentes avec des cotisations qui peuvent être réduites de 30 à 60%. Les conditions d’adhésion sont aussi simplifiées. Il n’y a pas de limite d’âge, ni de revenu. Le seul critère est de résider dans la commune.

À l'inverse, la mutuelle communale peut présenter des limites. Selon l’Argus de l’assurance, un des grands freins est « l’antiselection ». En clair, les cotisations peuvent augmenter en raison de l’âge moyen des adhérents : « Nous avions tarifé sur une moyenne d’âge de 52 ans [NDLR, à Valenciennes]. Mais faute d’attirer assez de jeunes, elle était finalement de 62 ans, ce qui a provoqué un déséquilibre important. Nous avons dû augmenter fortement les cotisations » explique Philippe Mixe, président de la Fédération nationale indépendante des mutuelles et de la nordiste Just Mutuelle.

La complémentaire santé solidaire pour payer ses frais de santé

Pour les Français qui sont dépourvus d’assurance santé et de mutuelle communale, une autre option s’offre à eux. Le gouvernement vient de lancer la complémentaire santé solidaire. Née de la fusion entre la couverture maladie universelle (CMU-C) et l’Aide au paiement d’une complémentaire santé (ASC), la CSS est une prestation sociale qui aide les personnes les plus pauvres à payer leurs dépenses de santé.  

Les dépenses sont prises en charge à 100% des tarifs de la Sécurité sociale. Le patient n'a pas besoin de régler la note du médecin ni des médicaments en pharmacie.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES