Actualités mutuelle

Mutuelles : 10% des franciliens n'ont pas de complémentaire santé

Publié par le , Mis à jour le 21/01/2020 à 10:57

1 Francilien sur 4 n'a pas de complémentaire santé

Si elle est nécessaire pour préserver sa santé et son porte-monnaie, la complémentaire santé peut vite devenir un luxe. En Ile-de-France, 1 personne sur 4 n’est pas couverte par une mutuelle.

Sans emploi, employés ou des ouvriers

Se soigner en Ile-de-France est-il réservé aux gens aisés ? Selon un baromètre réalisé par l’institut Ipsos pour le baromètre de la santé le Parisien-Sosem, 10,5% des Franciliens n’ont pas de complémentaire santé. Un taux qui atteint même 15% pour les moins de 35 ans.

Les patients qui n’ont pas adhéré à cette protection santé viennent souvent de Seine-Saint-Denis (15,4%), du Val d’Oise (12,1%) ou de Paris (10,7%). Des Franciliens qui sont sans emploi (21%), sont employés (15.6%) ou ouvriers (14.7%). On apprend également que 14.3% des indépendants décident de se passer de la complémentaire santé contre 5% des retraités franciliens.

Des chiffres qui laissent pantois car depuis la réforme de 2016, les entreprises doivent proposer une complémentaire santé à leurs salariés avec une prise en charge à hauteur de 50%. Pour les personnes sans emploi, une complémentaire solidaire a été lancée en 2019.

Une nouvelle prestation qui remplace la CMU-C et l’ACS. Cette fusion a pour objectif d’inciter les plus pauvres à se soigner. Une aide qui offrira une protection renforcée aux bénéficiaires. Ainsi, certains soins seront pris en charge à 100% comme des aides auditives, des cannes ou encore des fauteuils roulants. Selon les estimations du gouvernement, plus de 10 millions de Français pourraient être potentiellement éligibles à la CSS.

Un remboursement à hauteur de 70%

Ne pas avoir de complémentaire santé peut être un gouffre financier pour les patients les plus pauvres. Rappelons que selon les praticiens, ils ne seront remboursés qu’à hauteur de 70% par l’Assurance maladie. Les 30% supplémentaires restent donc à leur charge.

Des frais supplémentaires qui incitent les principaux concernés à renoncer à se soigner. Selon le Parisien, 54% des Franciliens ont renoncé à voir un dentiste, 46% à prendre rendez-vous chez un généraliste et 35% à consulter un ophtalmologue.

En 2019, un sondage BVA publié dans le Journal du Dimanche dévoile que plus de six Français sur 10 ont déjà renoncé à voir un médecin pour des raisons économiques ou encore pour des difficultés à décrocher un rendez-vous. Dans les faits, 44% des personnes interrogées invoquent des délais trop importants et 41% parlent d'un reste à charge trop important.

Le reste à charge zéro lancé le 1er janvier 2020

Pour permettre aux Français de se soigner correctement sans pour autant mettre la main à la poche, une nouvelle mesure du gouvernement vient de voir le jour. Depuis le 1er janvier, la réforme 100% est entrée en vigueur pour s’installer progressivement jusqu’en 2021.

Aussi nommée « reste à charge zero », elle permet à des patients de s’équiper de lunettes, d’une prothèse auditive ou encore d’un équipement dentaire sans pour autant ouvrir son porte-monnaie.

En matière  d’équipe optique, les clients peuvent désormais choisir une monture parmi au moins 17 modèles adultes et 30 pour les enfants. Des lunettes dont le prix est inférieur ou égal à 30 euros. Les verres traitent l’ensemble des pathologies et sont amincies, anti-rayures et reflets.

Du côté de l’optique, un patient peut désormais se faire poser certaines couronnes ou bridges. Des frais très onéreux qui pourront désormais être intégralement remboursés.

Il faudra être un peu plus patient pour l’équipement auditif. L’ensemble des appareils seront concernés par le reste à charge zéro l’année prochaine.

Si vous n’avez pas encore de mutuelle santé, n’hésitez à réaliser une comparaison qui vous permettra de réaliser des économies.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES