Actualités mutuelle

Optique, dentaire, audition : le coût du 0 restant à charge

Publié par le , Mis à jour le 29/11/2017 à 12:12

Comment parvenir à un zéro reste à charge pour les Français ?

L’optique, le dentaire et l’audition sont des postes de dépenses de santé particulièrement coûteux pour les Français qui renoncent souvent à ces soins pour des raisons financières. C’est pourquoi dans ses promesses de campagne, Macron avait évoqué la mise en place d’un 0 restant à charge pour ces trois postes. Mais cette promesse n’apparait pas dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2018…

Le restant à charge : variable d’un poste à l’autre et d’un département à l’autre

Le restant à charge en France s’élève à 248 euros par an et par habitant, environ 15 % moins élevé que la moyenne européenne. Cela est dû à un système de santé de qualité, donc la répartition des frais de santé est faite comme suit :

  • 77 % des soins sont remboursés par l’Assurance Maladie
  • 13,3 % remboursés par les mutuelles santé, assurances santé ou organismes de prévoyance
  • 1,4 % est pris en charge par l’Etat (AME, CMU)
  • 8,3 % ne sont pas remboursés et doivent être assumés par les Français

Mais le restant à charge varie selon les postes de dépenses de santé et selon la zone géographique. Par exemple, le restant à charge pour un séjour à l’hôpital est très faible (2,3 %) tandis que le restant à charge pour des soins dentaires avoisine les 22,7 %. Des inégalités persistent également géographiquement.

Optique, dentaire, audition : des secteurs où le restant à charge est le plus élevé

Ces postes de santé, dont les honoraires des dispositifs médicaux sont moins encadrés que le reste des honoraires médicaux.  L’optique est prise en charge seulement à hauteur de 4 % par la Sécurité Sociale, 74 % par les mutuelles (payées par les Français). Côté dentaire, la nature des soins offre une prise en charge très différenciées, puisque des petits soins comme les détartrages sont pris en charge à hauteur de 70 % du tarif de convention de la Sécurité Sociale alors que des gros soins comme l’orthodontie n’est pas du prise en charge pour les adultes (hors mutuelle).  Enfin, les audioprothèses restent les soins où le restant à charge est le plus élevé.

Pourquoi un objectif 0 restant à charge ?

En conséquence, 1 Français sur 4 a déjà renoncé à ce type de soins. Donc le gouvernement cherche justement à éviter le renoncement aux soins, notamment pour ces trois postes de dépenses importants pour les Français.

Le renoncement aux soins peut avoir des conséquences sanitaires sur les patients : aggravation des problèmes dentaires ou de vue, échec scolaire, accidents, etc. ou peut même mener à l’obligation de réaliser des actes plus coûteux.

Selon Le Monde, 16 % des Français renonceraient à se soigner à cause du reste à charge. Les hypothèses s’orientent vers un changement d’avis de ces patients, entrainant une hausse théorique de 0,8 milliards d’euros, soit un coût total de 5,2 milliards d’euros.

Mais alors qui va payer ?

Selon le journal Le Monde, le montant du reste à charge est bien trop élevé pour être réduit à zéro au cours du quinquennat, malgré la promesse de Macron. Ensuite, pour au moins en approcher le concept, il va surtout falloir définir qui portera la charge financière de ce 0 restant à charge et également quelles seront les prestations standards à rembourser.

La Sécurité sociale, les complémentaires santé, les médecins ou les fabricants de prothèses et de lunettes ? Qui sera le malheureux gagnant ?! Dans l’idée, il serait plus judicieux de partager l’effort : car les fabricants proposent des tarifs trop élevés, les médecins exagèrent leurs dépassement d’honoraires, les mutuelle et l’Assurance Maladie doivent jouer leurs rôles. Mais attention à ne pas trop alourdir les charges des complémentaires qui risqueraient d’augmenter leurs tarifs, revenant à la charge des Français.

La réflexion, complexe, est en court au gouvernement… mais la date de mise en place de ce restant à charge reste encore floue. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES