Actualités mutuelle

Quand les erreurs médicales coûtent cher

Publié par le

Selon l’association Le Lien, un organisme de défense de victimes d'infections nosocomiales et d'erreurs médicales estimerait entre 30 000 et 40 000 décès en France liés aux erreurs médicales. La moitié serait évitable.

Maladie nosocomiales : principale cause de décès

Les infections le plus souvent contractées dans un établissement de santé, type nosocomiales (E.coli, staphylocoque doré), sont souvent liées à des erreurs médicales.

Ces infections toucheraient environ 1 patient sur 20 lors d’un séjour à l’hôpital.

A l’échelle mondiale, on dépasse largement la barre du million avec 1,4 million de personnes souffrant de ces infections, et près de 10 000 décès chaque année. 30 % concernent les infections du système urinaire, 15 % les poumons, et 14 % seraient contracté en bloc opératoire.

Afin de protéger les patients en leur permettant de se faire soigner en toute connaissance de cause, Le Frein propose d’instaurer un indicateur du taux de mortalité et d’infections classé par service hospitalier.

Quelle indemnisation en cas d’infection nosocomiale ?

Si un patient est infecté, ce préjudice doit être intégralement réparé. Et ce dernier reste libre de refuser un traitement sans préjudice sur son indemnisation a jugé la Cour de Cassation.

La loi du 4 mars 2002 stipule que « les établissements, services et organismes sont responsables des dommages résultant d'infections nosocomiales, sauf s'ils rapportent la preuve d'une cause étrangère ». Le problème résidait dans le terme « cause étrangère », mais la Cour vient de trancher en faveur des patients atteints. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES