Actualités mutuelle

Remboursement des lunettes : trop d'inégalités !

Publié par le

les inégalités dans l'optique persistent en France

Une étude du comparateur de prix de lunettes Sénèque confirme bien l’inégalité latente des Français face au restant à charge du poste de dépense optique.  Certains doivent débourser de l’argent de leur propre poche, tandis que d’autres n’ont pas de restant à charge.

Qui sont les Français qui doivent payer pour leurs lunettes ?

L’étude a été réalisée par le cabinet de conseil Jalma Health Services, sur la base des informations de  l'Observatoire des prix et de la prise en charge en optique médicale, soit sur la base de 1,6 million de devis établis par 6 400 opticiens français.

Sans surprise, les Français ne sont pas égaux face au remboursement de leurs lunettes. L’étude met à ce titre en évidence que les retraités ont en moyenne 400 euros à leur charge alors que les salariés des grandes et moyennes entreprises sont ouverts à 100 %.

Un paradoxe quand on sait que la population des salariés cadres ont des besoins de correction optique plus faible que les retraités à des niveaux de remboursement élevé par les mutuelles santé.

A l’opposé, plus de la moitié de la population adulte (29 millions de personnes) a un resta à charge moyen de 293 euros à l’achat d’une paire de lunettes. Une moyenne principalement portée par 12 millions d’assurés portant des verres progressifs (surtout des personnes à la retraite), subissant un reste à charge moyen de 400 euros.

Les retraités subissent ainsi un double revers :

  • Ils ont les besoin les plus élevés de la population française en matière d’optique
  • Ils ont à leur entière charge leur complémentaire santé (quand les salariés profitent de mutuelle collective co-payée par l’entreprise)

Optique : des inégalités territoriales

En plus de subir des inégalités financières sur les prises en charge du prix des lunettes, les Français ne sont pas égaux selon leur zone d’habitation. Selon la Mutualité française, le restant à charge diffère d’une région à l’autre : de 4 euros en Ariège à 236 euros à Paris.

Selon l’initiateur de l’étude, il reste du chemin avant de parvenir à un zéro restant à charge souhaité par le gouvernement. Emmanuel Macron a en effet prévu d’instaurer un reste à charge nul pour les Français mais uniquement sur le panier de soins indispensable, à savoir l’optique, le dentaire et les prothèses auditives.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES