Actualités mutuelle

Remboursement intégral des lunettes : c'est dangereux !

Publié par le

L’optique française n’est pas plus chère qu’ailleurs

Décision chère au nouveau Président Emmanuel Macron, le remboursement à hauteur de 100  % des lunettes serait « dangereux pour le bien voir » selon Stéphanie Dangre et Jérôme Schertz, respectivement présidente et directeur général de Supercent, l’alliance stratégique au service des opticiens indépendants.

L’optique française n’est pas plus chère qu’ailleurs

La décision de Macron concerne 2 tiers des Français, puisque 47 millions portent des lunettes. Si l’idée de base part d’un bon sentiment (lié à l’accès aux soins) c’est un choix « peu réaliste et raisonnable pour la santé visuelle ».

Mais pour les deux experts, le prix des lunettes n’est pas plus cher en France qu’en Europe. Si les dépenses en optique sont plus élevées c’est lié au choix des Français qui se porte sur les produits de qualité. D’autre part, les idées reçues affirmant que les tarifs d’optique augmentent sans cesse est faux, puisque les prix s’autorégulent avec la forte concurrence du secteur.

Faire baisser les tarifs de 30 à 40 % aurait pour conséquence de baisser la qualité des produits et la prestation visuelle. C’est d’ailleurs la raison d’être des offres d’optique low-cost, puisque ces dernières sont vendues sans prestation de santé visuelle. Une prestation qui a un cout mais qui n’est pas dissociable du « bien voir » selon les dirigeants de Supercent.

Un danger pour le bien voir

Reconnaissant que l’optique est à cheval entre la santé et la mode, ce n’est ni à la Sécu ni aux mutuelles santé de rembourser la partie « mode » ; toutefois en sauvegardant la santé visuelle des patients nécessitant de soins. La part de consommation « fashion » qui représente la liberté du consommateur doit rester à sa charge.

Une prise en charge intégrale de l’optique serait non seulement « abyssal » mais aussi et surtout « inutile » puisque intègrerait le remboursement de cette facette de pure consommation de mode. Et si les mutuelles ou autres assureurs privés devaient en être réduits à prendre totalement en charge l’optique, ces derniers reporteraient systématiquement le cout sur les cotisations. Ce qui par conséquence reviendrait à généraliser ces fameuses offre low-cost sans prestation visuelle. Par conséquent un danger pour le bien voir.

Source : Opticien Presse

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES