Actualités mutuelle

Reste à charge zéro : les négociations avancent selon Alain Afflelou

Publié par le

Pour Alain Afflelou, les négociations avancent pour le reste à charge zéro en optique

Le zéro reste à charge est sur toutes les lèvres, y compris celles d’Alain Afflelou. Pour le patron Français, l’instauration du reste à charge zéro pour les lunettes est une bonne chose, rapporte France Info. Selon lui, les négociations sont difficiles mais une solution sera bientôt trouvée.  

Le reste à charge zéro pour régler un problème de « santé publique »

Le reste à charge zéro fait encore parler de lui. Alors que nous apprenions il y a peu que les salariés Français s’avéraient assez pessimistes sur cette mesure, c’est au tour d’un grand patron Français de s’exprimer sur le sujet. Dans une interview accordée au site France Info, Alain Afflelou s’est dit favorable à cette proposition d’Emmanuel Macron. Pour l‘opticien, si les négociations sont « délicates », une « solution est en vue ».

Rembourser 100 % du panier de soins pour ce qui est des soins dentaires, prothèses auditives et des lunettes permettrait de soulager les Français selon Alain Afflelou. « Énormément de gens n’ont pas les moyens de s’acheter des lunettes à cause du reste à charge. Ces personnes sont encore plus nombreuses pour les prothèses auditives. Donc, bien sûr que je soutiens. C’est un problème de santé publique », indique-t-il.  

L’optique, un secteur concurrentiel et des prix compétitifs

Si la mesure est bonne, des questions subsistent. La première d’entre elles est simple : « qui va payer ? », argue l’homme d’affaires français. Si la Sécurité sociale ne veut pas payer, la facture doit être réglée par les professionnels de l’optique et les mutuelles répond Alain Afflelou. Une solution aurait d’ailleurs été trouvée en matière d’optique : « il semble qu’on ait trouvé un modus vivendi qui fait que les gens ne vont pas trop se plaindre ».

Un prix qui doit être raisonnable pour l’opticien. Tant pour les Français que pour les opticiens. En raison d’une forte concurrence, ces derniers ne doivent pas vendre leurs lunettes à des tarifs trop élevés analyse l’opticien. Pas question pour autant de baisser les prix : « on a déjà des prix sur le marché qui sont compétitifs. Les gens comparent les prix avant d’acheter et ils continuent à venir dans nos magasins ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES