Actualités mutuelle

Secteur optionnel : ce n'est plus que l'affaire de quelques jours

Publié par le
Si le secteur optionnel s’apprête à naître, ce n’est pas grâce à la volonté des acteurs qui devaient trouver un accord. Car justement, ils ne l’étaient pas…d’accord ! Depuis des mois, les syndicats de médecins, l’Assurance Maladie et les mutuelles santé se sont montrés réticents à l’idée de la création du secteur intermédiaire. Il va pourtant bien être créé.

Tous contre, sauf le gouvernement !


Le gouvernement avait demandé aux médecins, à l’Assurance maladie ainsi qu’aux mutuelles de trouver un accord pour la création du secteur optionnel, permettant ainsi que limiter les dépassements d’honoraires.

Problème : malgré les réunions, les acteurs n’ont jamais été d’accord avec le principe du secteur optionnel.

Les organismes mutualistes ont toujours été contre : Secteur optionnel : les mutuelles santé font de la résistance comme les médecins, premiers concernés qui ne sont pas attirés par le secteur. Pourquoi des médecins aux honoraires libres seraient intéressés pa une limitation de leurs revenus ?
Récemment, c’est l’Assurance Maladie qui s’est montrée défavorable en la personne de Michel Régereau. N’hésitez pas à relire l’article Secteur optionnel : le doute persiste
 
Malgré les nombreux désaccords, le gouvernement tranchera dans quelques jours.

Le secteur optionnel, finalement imposé ?


Le gouvernement estime qu’il a laissé assez de temps aux acteurs de santé pour trouver une solution à l’épineux problème du secteur optionnel. Après plusieurs ultimatums, il a promis de le mettre en place.

Suite à la publication d’une enquête sur les dépassements d’honoraires « indécents » par le magazine 60 millions de consommateurs, le ministre de la Santé a annoncé la parution d’un arrêté « dans les jours à venir » pour la création du secteur optionnel.

Le texte serait d’ores et déjà entre les mains de l’Assurance Maladie.
 
   • Les chirurgiens, les gynécologues et les anesthésistes du secteur 2 auront le choix de passer dans le secteur optionnel. Un tiers de leurs actes devra respecter les tarifs de la Sécurité Sociale (pas de dépassements), et les tarifs libres ne devront pas dépasser 50 % du tarif de convention.
   • L’assurance Maladie prendra une part de leur cotisation en charge
   • Les organismes de mutuelle santé prendront en charge l’intégralité des dépassements d’honoraires pratiqués dans le secteur.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES