Actualités mutuelle

Secteur optionnel : le doute persiste

Publié par le
Le secteur optionnel n’est pas prêt de voir le jour. Après les mutuelles santé qui se sont montrées opposées à ce principe depuis le tout début des négociations, c’est désormais au tour de Michel Régereau, président de la CNAMTS, d’alerter contre la création du secteur intermédiaire, le secteur optionnel.

Mutuelle santé : contre le secteur intermédiaire


Depuis le début des négociations souhaitées par le gouvernement pour mettre en place le troisième secteur, appelé secteur optionnel, les mutuelles se sont toujours montrées défavorables à ce dispositif. N’hésitez pas à relire notre article Secteur optionnel : les mutuelles santé font de la résistance ou à consulter notre actualité sur le secteur optionnel.

Le secteur optionnel a pour but de limiter les dépassements d’honoraires, jugés parfois abusifs. Plafonnés, les dépassements autorisés dans le secteur optionnel seront maîtrisés. Une solution qui ne viendra pas à bout des abus selon les complémentaires.

Un avis d’ailleurs partagé par le président de la Caisse nationale d’Assurance Maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) 

Un nouvel opposant au secteur optionnel


Michel Régereau témoigne dans le journal Les Echos afin d’y exposer son avis sur le secteur optionnel dont le principe même est considéré comme « éthiquement contestable ».

Pour lui, l’intention est bonne mais le projet biaisé. Si maîtriser les dépassements d’honoraires est primordiale aussi bien pour les patients que pour l’Assurance Maladie (puisqu'ils seraient gérés par les organismes de mutuelle), le président de la CNAMTS remet en cause le manque de visibilité à long terme : « personne n'est en mesure d'établir une corrélation entre le niveau, la fréquence de ces dépassements et la pertinence ou la qualité des actes dispensés » affirme-t-il.

D’autre part, il craint que les médecins du secteur 2 actuel ne soient pas intéressés par les contraintes du futur secteur intermédiaire. Encore plus grave, que les médecins pratiquants des dépassements raisonnables soient attirés par la possibilité de les plafonner dans le cadre du secteur optionnel.

Si les acteurs des négociations ne trouvent pas d'accord, le gouvernement a promis de trancher la question.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES