Actualités mutuelle

Soins de ville : une modération des dépenses en 2010

Publié par le , Mis à jour le 28/10/2014 à 18:46
En 2010, les dépenses d’assurance maladie, notamment les soins de ville, ont été plus raisonnables que par le passé permettant de respecter l’Objectif National de Dépenses d’Assurance Maladie pour la première fois depuis dix ans. 
 
Des dépenses maîtrisées
L’année passée, les dépenses d’assurance maladie, y compris les soins de ville, ont connu une croissance plus raisonnable qu’à l’accoutumée avec un léger sursaut estimé à 2,8 %, soit l’un des taux les plus bas depuis 2000.
Autre fait remarquable, le respect de l’Objectif National de Dépenses d’Assurance Maladie (ONDAM). Une première sur les dix années écoulées.
De bons chiffres qui s’expliquent par une maîtrise des postes de dépenses de ville les plus importants, à commencer par le remboursement des médicaments et les honoraires médicaux. Ainsi, depuis 2004, l’on observe un ralentissement tout à fait remarquable des soins de ville dont le taux de croissance annuel apparaît deux fois moins élevé sur la période 2004-2010 (+3,3 %) qu’entre 2000 et 2003 (+7,6 %).
Enfin, l’on notera en 2010 la diminution des dépenses liées aux soins chez les généralistes (-2,2 %), résultat d’une conjoncture épidémique assez faible. En revanche, légère hausse enregistrée chez les médecins spécialistes (+1,3 %).
 
Quelques augmentations aussi
Certains postes de dépenses dont le poids est moins conséquent dans le total des soins de ville enregistrent des taux de croissance plus importants en 2010 : +4,4 % pour les indemnités journalières liées aux arrêts de travail, + 5,1 % pour le remboursement des transports de malades ou encore + 8 % pour les soins infirmiers.
Et l’Assurance maladie de relever dans un communiqué : « La maîtrise de la dépense de soins de ville résulte d’un pilotage très rigoureux conjuguant notamment des actions sur les prix et les volumes : la poursuite des actions de maîtrise médicalisée permettant une progression modérée des volumes ; une gestion prudente des revalorisations tarifaires et l’exploitation des marges d’efficience sur les prix.  Le contexte économique et les enjeux de notre société (vieillissement démographique, croissance importante des pathologies chroniques…) rendent plus que jamais indispensable l’amélioration de l’efficience des dépenses de santé. Notre système de santé doit ainsi relever dans le même temps plusieurs défis : préserver son caractère solidaire et un haut niveau de remboursement, intégrer les innovations thérapeutiques et les progrès techniques au profit des patients. »
 
Trouvez la mutuelle santé qu’il vous faut grâce à Mutuelle-land et à ses nombreux partenaires !
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES