Actualités santé

Actos et Competact : la France contre l'Europe ?

Publié par le , Mis à jour le 29/07/2011 à 15:25
Zèle ? Peur d’un second Mediator ? Une chose est sûre, la France ne veut pas refaire les mêmes erreurs en matière de santé publique. Alors que l’Hexagone a stoppé l’autorisation de mise sur le marché (AMM) des deux antidiabétiques Actos et Competact pour les risques de cancer de la vessie, l’Europe vient quant à elle de valider leur AMM.

La France en désaccord avec l’Europe


L’Europe par l’intermédiaire de l’agence européenne du médicament (EMA) vient de confirmer l’AMM des deux antidiabétiques Actos et Competact jugeant la balance bénéfice/risque acceptable malgré les risques de cancer de la vessie. 

En France, ce n’est pas la même rengaine. Refroidi par l’affaire Mediator, il semblerait que le gouvernement durcisse les règles relatives aux médicaments, campant sur sa décision de supprimer l’autorisation des deux antidiabétiques sur le territoire.

Deux positions divergentes


Pour l’Europe, il n’y a pas d’autre alternative à l’Actos et au Competact et ce serait priver certains patients de leurs bienfaits que d’interdire complètement leur diffusion sur le marché. Les autorités européennes préconisent donc leur maintien accompagné d’une mise en garde rappelant les risques de cancer.

A l’opposé, la France juge fermement quant à elle qu’il existe des alternatives à ces deux traitements et refuse toujours la validation de leur  AMM. Pourtant, grâce à la décision européenne, le laboratoire Takeda, fabriquant des deux antidiabétiques peut imposer leur AMM à la France, qui ne changera pas d’avis sur la question. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES