Actualités santé

Renvoi du procès de l'affaire Médiator

Publié par le , Mis à jour le 25/06/2013 à 16:36

Dans le procès Médiator, l’ensemble des parties civiles a sollicité dans la journée du jeudi 30 mai des informations supplémentaires. Une demande qui a été incitée par celle du procureur revendiquant  le même propos. Cette demande a également été suivie par les avocats du groupe pharmaceutique Servier qui a toujours réclamé le report du procès dès son ouverture.

Fond des requêtes

Jeudi dernier, l’ensemble des parties civiles et le parquet ont revendiqué  un supplément d’information dans l’affaire Mediator. Les deux entités souhaitaient avoir accès à certains éléments de l’instruction menée par le parquet de Paris pour les faits similaires. Selon le parquet de Paris, cette instruction devrait être bouclée durant l’été 2013. Dans ses dires, Robert Gelli, procureur de la République de Nanterre, a déclaré,  au cours d’un point de presse, qu’à ce stade du procès, il se trouve être indispensable de réunir toutes les pièces des deux instructions.   

Dans sa revendication, le parquet souhaite, en premier lieu, être informé du rapport des Experts qui a été recommandé par les juges d’instruction du parquet de Paris et qui a été rendu public en mois d’avril. Suivant ce rapport d’expertise, le Mediator, ce médicament classé d’antidiabétique et prescrit en tant que coupe-faim aurait occasionné la mort de 1 300 à 1 800 individus en 33 années de commercialisation.  

Le parquet de Nanterre veut également avoir plus de détails concernant la communication qui a été établie par les laboratoires Servier pour les visiteurs médicaux, pour les médecins et finalement pour les consommateurs qui l’ont utilisé. Par rapport aux débats qui ont été tenus le long du procès, cette communication a été qualifiée « d’opaque » par le procureur Philippe Bourion.

Un grand nombre des conseils des parties civiles se sont déclarés approbateurs pour un supplément d’informations, ces parties qui ont toujours montré des avis défavorables pour une telle mesure.

Pour la défense, les conseils des laboratoires Servier réclamaient  des détails d’informations plus larges, singulièrement dans la responsabilité de l’Agence du Médicament qui a été mis en examen en mois de mars par les juges d’instruction de Paris.

À la suite de ces diverses réquisitions, le tribunal a décidé de suspendre le procès.

Pour plus d’informations, suivez l’affaire sur Mutuelle-land et comparez les offres de mutuelles pour trouver celle qui correspond le plus à vos besoins et votre profil.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES