Actualités santé

Arrêts maladie : qui va prendre en charge les indemnités journalières ?

Publié par le

Les arrêts maladie dans le viseur du gouvernement

Il y a quelques semaines un rapport préconisait de faire payer les entreprises pour les arrêts de travail de courte durée. Une idée qui ne sera pas retenue en l’état mais qui annonce quelques modifications. Qui va prendre en charge les indemnités journalières ?

L’idée de faire payer les entreprises a été abandonnée

Les arrêts maladie dans le viseur du gouvernement. Le 28 août dernier, la députée République en marche, Charlotte Lecocq, remettait au gouvernement un rapport sur la santé au travail. Parmi les différentes propositions, l’une de l’inspection générale des affaires sociales, a quelque peu hérissé le poil des entreprises. Ladite proposition proposait de faire payer les entreprises pour les arrêts de travail de courte durée. Actuellement, les arrêts maladie sont pris en charge par la sécurité sociale. Cette idée, qui a bien évidemment avait fait bondir le patronat, a été oubliée. Interrogé par le "JDD", le Premier ministre, Edouard Philippe, a expliqué que le gouvernement allait revoir sa copie : « J'écarte l'hypothèse d'une mesure brutale de transfert vers les entreprises, c'est clair. [...] Mais je le répète, il faut trouver une solution pour contenir ces dépenses ».

Le gouvernement vise les arrêts maladie de courte durée

Si le gouvernement recule, il ne compte pas abandonner. Les arrêts maladie sont bien dans le viseur du gouvernement. Edouard Philippe a d’ailleurs pointé du doigt l’augmentation des arrêts maladie. En moyenne, cette hausse est de près de 4% de hausse par an. « En trois ans, le nombre des journées indemnisées est passé de 11 à 12 par an et par salarié du privé. C'est comme si notre pays avait instauré un jour de congé supplémentaire ! », s'est alarmé le Premier ministre. Dans les faits, le gouvernement vise les arrêts maladie de courte durée. Ce sont ces derniers qui ont le plus augmenté ces dernières années, et ce malgré les jours de carence. Pour rappel, les jours de carences sont au début de l’arrêt maladie et ne sont pas pris en charge par la sécurité sociale. Le salarié ne touche de ce fait aucun salaire pendant ces jours.  

Une proposition qui aurait permis d’économiser 900 millions d'euros

Pour les professionnels de santé, la hausse de ces arrêts maladie s’explique par une augmentation du stress au travail, mais aussi de l’épuisement, voire du burn-out. Des raisons qui ont poussé la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a expliqué que l’entreprise devait jour un rôle. Une proposition qui a donc entre temps été abandonnée, malgré le fait qu’elle aurait permis d’économiser 900 millions d'euros. Pour trouver une solution, le Premier ministre a expliqué qu’il souhaitait que le transfert des dépenses soit partagé. Il a ainsi appelé « tous les acteurs du système à se mettre autour de la table pour trouver les moyens de contenir cette progression ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES