Actualités santé

Aspirine, Advil, Doliprane ne seront plus disponibles en libre accès

Publié par le , Mis à jour le 16/01/2020 à 16:37

Fini le libre-service pour certains médicaments

Vous n’allez plus pouvoir acheter librement des médicaments tels que le Dalfalgan, le Doliprane ou encore l’aspirine. A partir du 15 janvier 2020, les produits contenant du paracétamol ainsi que certains anti-inflammatoires non stéroïdiens passeront derrière le comptoir.

Fin du libre-service à partir du 15 janvier 2020

Il va falloir changer vos habitudes. D’ici le 15 janvier 2020, les médicaments contenant du paracétamol et certains anti-inflammatoires non stéroïdiens ne pourront plus être vendus en libre-service. Désormais, les produits se trouveront derrière le comptoir de votre pharmacie.

Cette décision du régulateur concerne le Dafalgan, le Doliprane, l’Ibuprofène ou encore l’aspirine. Des produits délivrés sans ordonnance et très souvent utilisés en automédication. Mais pourquoi cette décision ? La mesure a pour objectif de « renforcer le rôle de conseil du pharmacien auprès des patients qui souhaitent en disposer sans ordonnance » explique l’Agence du médicament. Par ailleurs, elle permettra de prévenir les clients des risques d’une mauvaise utilisation du produit : « Ces médicaments sont sûrs et efficaces lorsqu’ils sont correctement utilisés mais présentent des risques lors d’une utilisation inadéquate ».

Dans le cas du paracétamol, un surdosage peut avoir des conséquences dramatiques sur la santé et plus particulièrement sur le foie. C’est d’ailleurs la première cause d’hépatite fulminante (destruction massive du foie) qui peut nécessiter une greffe du foie.

La mort de Noémie Musenga en décembre 2017 en est le parfait exemple. Outre la polémique déclenchée après son appel au SAMU de Strasbourg, la mort de la jeune femme est « la conséquence d’une intoxication au paracétamol absorbée par automédication sur plusieurs jours » avait annoncé Yolande Renzi, la procureur de la ville.

L’automédication très populaire en France

Cette décision intervient alors que les boîtes de médicaments pourraient changer de look. Comme pour les cigarettes, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) recommande l’adoption du packaging neutre. En clair, l’organisme souhaite donner la priorité à la molécule utilisée, les mentions légales et les indications d’usage. Exit, les informations « superflues » comme les arômes ou le nom des marques. Là encore, le but est d’informer le malade pour éviter la surmédication.

Aujourd’hui, ce sont huit Français sur 10 qui ont recours à l’automédication d’après des chiffres de la Fédération des fabricants de produits d’automédication. Une pratique qui est très appréciée des femmes (85%) contre 75% chez les hommes. C’est d’ailleurs pendant la période hivernale que l’automédication trouve son public. Des malades qui souhaitent mettre un terme à un vilain rhume ou à une toux.

La liste noire de Prescrire

En attendant de voir opérer l’ensemble de ces changements, la revue indépendante Prescrire à mis à jour sa liste noire des médicaments à éviter. Une liste qui s’est allongée de 10 médicaments supplémentaires par rapport à l’année 2018. Parmi les nouveaux venus, on retrouve des produits qui trônent dans les armoires à pharmacie des Français. C’est le cas du Smecta. Un médicament qui rappelle des mauvais souvenirs aux malades de la gastro. Ce produit à base d’argile est désormais déconseillé en raison d’une possible contamination au plomb. En février dernier, l’agence du médicament avait alerté sur le produit en le déconseillant aux jeunes enfants de moins de deux ans ou encore les femmes enceintes.

N’hésitez pas aussi à vous débarrasser de vos boîtes de Dolirhume, de Vogalène, de Valtaflex ou encore du Rhinofluimucil qui font aussi partie des médicaments à ne plus avoir chez soi.

En cas de doute, n’hésitez à prendre rendez-vous chez votre médecin ou encore à demander conseil à votre pharmacien qui sera présent pour vous guider pour éviter des complications.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES