Actualités santé

Assurance santé : éviter le gaspillage grâce au High Tech

Publié par le

Ces derniers temps, on entend beaucoup parler de nouveaux gadgets connectés permettant de collecter certaines données médicales. Ces dernières pourraient bientôt être utilisées pour mettre en place des formules de mutuelle santé sur mesure mais aussi pour calquer les remboursements sur le comportement des assurés.

Comment éviter le gaspillage avec les objets connectés ?

Grâce à ces objets high-tech, les organismes d’assurance pourraient optimiser les frais médicaux et primer la prévention. Il serait par exemple envisageable d’octroyer les remboursements uniquement dans le cas où les traitements ont été suivis à la lettre. Le mode de vie pourrait aussi entrer en ligne de compte dans l’établissement des primes sur les contrats d’assurance.

Diverses mesures

Différentes initiatives ont été prises en France et ailleurs pour faire évoluer les remboursements. Du côté français, la Sécurité Sociale a essayé de mettre en place une mesure restrictive : les équipements pour traiter l’apnée du sommeil ne seraient plus remboursés en cas d’utilisation insuffisante. Cette disposition a fait l’objet d’une révocation mais elle devrait bientôt être d’actualité et concerner d’autres maladies dont le diabète. De leur côté, les associations qui défendent les droits des malades affirment qu’elles ne feront pas opposition s’il s’agit de télémédecine et non de télésurveillance.

Aux Etats-Unis, Edenred a mis en place un programme – Nutrisavings - grâce auquel les assureurs peuvent encourager les assurés à adopter une bonne alimentation et donc d’être en meilleure santé.

Quelques inquiétudes

Nombreux sont ceux qui expriment leur réticence quant à l’utilisation des données récoltés par les objets connectés et autres gadgets high-tech. La CNIL ou Commission nationale informatique et libertés s’inquiètent notamment par rapport à l’émergence de nombreux capteurs et plus précisément par rapport à la nature des informations recueillies. Les opérateurs concernés se veulent rassurants mais la question qui se pose est de savoir comment la collecte de données va être régulée.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES