Actualités santé

Baisse de la fécondité chez les Françaises sauf en Outre-mer

Publié par le

La fécondité continue de baisser en France

Selon une étude de l’INSEE, le taux de fécondité continue de baisser en France pour atteindre 1,92 enfant par femme en 2016. Cependant, la fécondité est en hausse dans les DOM-TOM.

Augmentation de la fécondité à Mayotte et en Guyane

La fécondité des Françaises a légèrement diminué. C’est ce que révèle le dernier baromètre de l’INSEE. Après neuf ans de stabilité, l’indicateur conjoncturel de fécondité est en baisse depuis 2015. Il s’établit à 1,95 en 2015 et à 1,92 en 2016. Cette baisse touche toutes les régions à l’exception de Mayotte et la Guyane ou la fécondité à tendance à augmenter. À la Réunion, elle reste stable. Par ailleurs, tous les niveaux de vie sont concernés par ce phénomène qui touche aussi bien des femmes qui avaient déjà eu des enfants et des femmes sans enfant. Cependant, la baisse est particulièrement observée pour les femmes provenant d’un milieu modeste et très modeste. Elles ont eu moins d’enfants en 2015 qu’en 2013. À l'inverse, les femmes venant d’un milieu plus aisé ont été fécondes durant ces deux années. C'est un an plus tard que la baisse apparaît pour la moitié des femmes aux niveaux de vie les plus élevés.

Les femmes immigrées qui résident en France mais qui sont nées à l’étranger ou sont de nationalités étrangères ne sont pas touchées avec une fécondité qui reste stable. Leur indicateur conjoncturel pour les années 2015 et 2016 tourne autour de 2,7 enfants par femme.

Âge moyen de la naissance des enfants atteint 30,5 ans

Concernant l’âge moyen à la naissance du premier enfant, il poursuit sa progression avec une augmentation de 0,1 an par année. En moyenne, l’âge à la naissance des enfants est de 30,5 ans en 2016. Selon l’INSEE, la fécondité des femmes les plus aisées est plus tardive avec une fécondité maximale à 31 ans contre 28 ou 29 ans pour les autres Françaises.

En 2017, 767 000 enfants sont nés en France soit une baisse de 2,1% des naissances par rapport à l’année 2016. En janvier 2018, l’INSEE avait indiqué qu’il n’était pas encore possible d’expliquer cette diminution de la fécondité. Cependant, elle peut être liée au contexte de crise économique avec des couples qui ont décidé de reporter la naissance d’un enfant en attendant une amélioration de la situation. Si cela est le cas, une reprise de la fécondité devrait être observée dans les prochaines années.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES