Actualités santé

Infirmière : nouvelle fraude à la sécu

Publié par le

Parcequ’elle aurait encaissé des soins qu’elle n’a pas prodigués, enregistrait des majorations de nuit non justifiées de 2008 à 2010 ainsi que des déplacements non effectués, une infirmière a été reconnu coupable par le tribunal correctionnel de Tarascon.

La prévenue s’est défendue

Lorsque le cas de cette infirmière – identité non divulguée – a été traité par le tribunal de Tarascon, elle a été obligée de rembourser 180 000 euros aux Caisses primaires d’assurance maladie des Bouches-du-Rhône. En plus des accusations contre elle concernant des déplacements non effectués, des majorations de nuit non justifiées et des soins non prodigués, on reproche également à cette infirmière d’avoir travaillé alors qu’elle était en arrêt maladie. Mais l’accusée n’est pas restée muette face à ces accusations et a dénoncé, par le biais de son avocat, qu’elle assumait au moins 39 heures de travail sur une seule journée, la veille du nouvel an en 2008. Le compagnon de l’infirmière est passé également devant la justice. Ce 2ème prévenu est poursuivi pour blanchiment et recel.

Verdict de Christian Pasta, procureur de la République : une amende de 45 000 euros pour l’infirmière et son compagnon ainsi que 2 ans de prison avec sursis. Le jugement sera rendu par le tribunal le 4 mars prochain.

Autre histoire de fraudes avec une infirmière

La prudence est de mise pour les patients aspirant à un meilleur remboursement

Ce sont surtout les patients qui souffrent des surplus de dépenses comme les majorations de nuit appliquées par certains professionnels de la santé ou les dépassements d’honoraires. Pour les majorations, elles sont souvent appliquées pour les interventions effectuées entre 20 heures et 8 heures au domicile du patient ou pour les actes effectués le dimanche ou pendant le jour férié. Pour être certain donc de la prise en charge de ces types de dépenses, donnant parfois à des surprises, la souscription d’une mutuelle est nécessaire. Mais puisqu’il s’agit de trouver un complément de remboursement à celui déjà octroyé par la Sécu, le mieux serait de bien choisir sa mutuelle. Ici, bien choisir revient à évaluer les garanties, les services ainsi que les montants de la cotisation réclamés par la mutuelle avant toute éventuelle signature de contrat.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES