Actualités santé

Cancer : grâce à une technique inédite, elle donne naissance à un enfant

Publié par le , Mis à jour le 20/02/2020 à 16:26

Un petit Jules est né grâce à une technique innovante

C’est un petit miracle qui porte le doux prénom de Jules. Alors que 40% des femmes atteintes d’un cancer deviennent infertiles en raison des traitements, une Française de 34 ans a donné naissance à un petit garçon en juillet 2019.

Préserver les chances d’une grossesse

C’est un formidable espoir pour les femmes atteintes d’un cancer. Pour la première fois, une Française de 34 ans a donné naissance à un petit garçon après le traitement de sa maladie. La maman a pu profiter d’une nouvelle technique qui consiste à recueillir des ovules non matures avant de les congeler.

L’hôpital Béclère de Clamart (Hauts-de-Seine) qui a suivi la jeune trentaine propose aux femmes de moins de 40 ans de congeler leurs ovocytes afin de préserver leurs chances de grossesse. En effet, les traitements pour combattre le cancer sont souvent synonymes d'infertilité pour les patientes. Selon les chiffres, 40% des femmes de 40 ans sont dans ce cas. Elles sont entre 15 et 20% pour les patientes de 30 ans.

Dans le cas de la jeune femme atteinte d’un cancer du sein hormonodépendant, l’équipe du Professeur Grynberg a prélevé « sept ovocytes immatures avant de les porter à maturation en laboratoire pendant 48 heures, puis de les vitrifier (une méthode de congélation rapide qui permet une meilleure préservation) » explique un article de la revue Annals of Oncology dont les propos ont été relayés par le Parisien. Le praticien explique qu’habituellement, ce sont les ovules arrivés à maturation après une stimulation hormonale qui sont prélevés aux patientes.

À la suite de ce prélèvement, la patiente a été traitée pour son cancer. Cinq ans plus tard et elle est déclarée guérie mais n’arrive pas à tomber enceinte. Pour l’aider dans son parcours, ses ovocytes sont décongelés et inséminés in vitro. Cinq œufs seront implantés et un réussi à s’accrocher pour le plus grand bonheur de la future maman. Le petit Jules naîtra en juillet 2019.

Les médecins expliquent que cette technique médicale a déjà porté ses fruits. Seule différence, les enfants sont nés après une fertilisation et une implantation sans congélation. Le professeur Grynberg estime que la technique est certes un peu moins efficace que « la congélation des ovocytes prélevés à la maturité » mais « qu’elle permet de faire des enfants ».

Une IA de Google pour détecter le cancer du sein ?

Les médecins qui pourront peut-être s’aider d'ici peu d’une intelligence artificielle Google. Une équipe de chercheurs a mis au point une IA capable de détecter le cancer du sein sur une mammographie. Les créateurs estiment d’ailleurs que ce nouvel outil est extrêmement prometteur et pourrait réduire les erreurs de diagnostics.

D’après un communiqué de Google, cette intelligence artificielle a déjà permis d’analyser plus de 76 000 mammographies. Au final, 5,7% de faux positifs et 9,4% de faux négatifs ont pu être observé sur 15 000 examens pratiqués aux Etats-Unis.

54 000 cas de cancer du sein recensés chaque année

Avant une hypothétique mise en place de cette IA, il est recommandé aux femmes de passer des mammographies tous les deux ans entre 50 et 74 ans. Au-delà, l’examen est aussi conseillé. Pour les femmes à risque, une prise en charge à 100% est effectuée par l’Assurance maladie.

En France, plus de 54 000 cas sont recensés chaque année avec plus de 11 000 décès. Un chiffre qui propulse le cancer du sein comme le cancer le plus répandu des cancers féminins. Au final, près d’une femme sur neuf sera concernée par cette maladie au cours de sa vie avec une guérison dans 9 cas sur 10.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES