Actualités santé

Canicule : près de 1 500 décès enregistrés, 10 fois moins qu'en 2003

Publié par le , Mis à jour le 11/09/2019 à 11:48

Les canicules de l'été 2019 ont été moins meutrières que celle de 2003

Dix fois moins de morts par rapport à la canicule meurtrière de 2003. Agnès Buzyn, ministre de la santé a annoncé que près de 1 500 personnes sont mortes dès suite des deux vagues de chaleur cet été.  

Dix fois moins de morts qu'en 2003

Agnès Buzyn fait le point sur les canicules de l’été. La ministre de la santé a indiqué que près de 1500 personnes sont mortes des suites des deux épisodes caniculaires : « Nous avons 1500 décès enregistrés en plus de la moyenne de ces mois-là donc c’est dix fois moins de décès que la canicule de 2003 » précise-t-elle au micro de France Inter et France Info avant de rajouter : « La canicule de 2003 c’était 20 jours, là nous avons eu 18 jours de canicule en deux épisodes mais très intenses, avec une couverture du territoire très importante lors de la 2e canicule ».

Face à ces chiffres, la ministre a tenu à saluer la mobilisation des services de santé durant ces deux périodes. En juin dernier, la France a battu des records avec des températures allant jusqu’à 46 degrés dans l’Hérault. Tout au long de cette période de chaleur, le gouvernement n’a cessé de diffuser des messages pour prévenir la population des bons réflexes à adopter.

Après les annonces de la ministre, la direction générale de la santé est revenue dans le détail sur le chiffre communiqué. On apprend ainsi que 1 435 décès sont liés à la canicule dont 567 lors de la première vague de chaleur qui a eu lieu en juin dernier et 868 lors de la deuxième soit une surmortalité de 9,1%. Un nouveau bilan devrait être publié d’ici la fin du mois de septembre 2019.

Les régions du sud principalement touchées

Ce sont dans les départements de l’Hérault, du Gard, du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône que la surmortalité est la plus élevée. Des départements qui ont tous été placés vigilance rouge lors de ces épisodes de grosses chaleurs.

En France, la canicule la plus meurtrière reste cette de l’année 2003. Cette épisode hors norme a été responsable de 15 000 décès.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES