Actualités santé

Comment diagnostiquer plus tôt l'autisme ?

Publié par le , Mis à jour le 21/02/2018 à 16:04

Alertez-vous dès les premiers signes de l'autisme

En France, une personne sur 100 souffre d’autisme. La Haute Autorité de santé (HAS) et l’Agence nationale d'évaluation des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Anesm) viennent de dévoiler des recommandations pour favoriser le diagnostic précoce, un élément très important pour aider au développement de ces enfants.

Quelles recommandations pour détecter l’autisme ?

Afin d’aider les parents ou les professionnels s’occupant d’enfants à diagnostiquer au plus tôt l’autisme chez les enfants, la HAS vient de terminer un premier « cycle complet de recommandations de pratiques professionnelles à déployer ». Les dernières recommandations dataient de 2005.

Ce volet de recommandation couvre plusieurs étapes du parcours familial :

  • Identification des signes d’alerte de l’autisme
  • Consultation auprès de professionnels de santé

Selon le communiqué de l’HAS, l’« inquiétude des parents », ou des professionnels qui s'occupent d'un enfant en crèche ou en maternelle, doit déboucher sur une consultation médicale « dans les trois semaines ». En effet, « plus le diagnostic posé tôt, plus les interventions pourront être mises place précocement et aideront l'enfant dans son développement ».

Les premiers signes d’alerte :

  • absence de babillage,
  • absence de pointage à distance avec le doigt
  • absence de gestes sociaux (coucou, au revoir) avant 12 mois,
  • absence de mots à 18 mois et au-delà,
  • absence d’association de mots à 24 mois et au-delà

Le diagnostic de l’autisme reste trop tardif

Les troubles du spectre de l'autisme (TSA), dès qu’ils sont repérés ou seulement suspectés par un médecin doivent rapidement être pris en main. Ce dernier doit prescrire une évaluation par une équipe de spécialistes, coordonnée par un médecin (dont des spécialistes).

Si le diagnostic est trop tardif, il existe un risque d’aggravation des troubles ; voire le développement d’autres troubles (sommeil, alimentation, fatigue, déficit intellectuel, etc.). L’autisme peut se manifester entre l’âge de 1 ou 2 ans mais bien souvent n’est diagnostiqué qu’entre 3 et 5 ans.

Un constat : le diagnostic reste trop tardif en France, explique la HAS. Les parents ne savent pas toujours vers qui se tourner.

Selon le communiqué de l’HAS, « l’inquiétude que peuvent manifester les parents concernant le développement de leur enfant ne doit jamais être minimisée, mais systématiquement écoutée et prise en compte ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES