Actualités santé

Coronavirus : « davantage de sollicitations des patients et des médecins » selon Qare

Publié par le , Mis à jour le 18/03/2020 à 15:46

La téléconsultation simplifiée pour lutter contre le Covid-19

Pour soulager les urgences et désengorger les cabinets médicaux, Olivier Véran a annoncé la simplification de la téléconsultation. Une solution qui est aussi « un geste-barrière » et qui permet de ne pas faire circuler le virus. Quelles sont les modalités de cette consultation 2.0 ? Comment fonctionne le service ? Qare, spécialiste de la consultation nous offre des éléments de réponse. 

Un Français peut consulter dans connaître le médecin

8 mars 2020. Lors d’un point presse sur l’évolution du coronavirus, Olivier Véran, ministre de la santé annonce la simplification de la téléconsultation. Les objectifs : éviter que les Français ne surchargent le 15 et ne se ruent vers les cabinets médicaux ou les urgences déjà au bord de l’implosion. 

Depuis le mois de septembre 2018, la Sécurité Sociale rembourse cette consultation 2.0. Pour cela, le patient devait respecter plusieurs conditions : 

  • Le patient devait connaître son médecin et avoir eu, au moins, une consultation physique  dans les 12 mois précédant le rendez-vous.
  • Il devait suivre le parcours de soins. 

Face au Covid-19 qui ne cesse de faire des victimes, le gouvernement a donc décidé de revoir sa copie. Désormais, un Français n’a plus besoin de connaître le médecin. Il peut ainsi consulter partout en France et selon les disponibilités du praticien. 

Une décision saluée par Qare, spécialiste de la téléconsultation : « Cet assouplissement permet la prise en charge intégrale des téléconsultations (c’est-à-dire sans reste à charge) pour les personnes atteintes ou potentiellement infectées par le COVID-19, même si elles n'ont pas vu le médecin en présentiel au cours des 12 derniers mois, et n'ont pas été orientées par leur médecin traitant ou n'ont pas de médecin traitant » explique dans une interview exclusive à Assurland.com, Pauline Lebrec, responsable marketing et communication.

Tout comme son concurrent Doctolib, l’entreprise a décidé de mettre sa solution gratuitement à disposition des médecins généralistes et spécialistes. Désormais, les praticiens peuvent se rendre disponibles pour des patients qui seraient potentiellement contaminés. 

Une solution plébiscitée par les patients comme les médecins : « Nous observons davantage de sollicitations ces derniers jours (…) Depuis le début de l'épidémie, nous pouvons parler d'une sur-croissance ». 

La téléconsultation est un geste-barrière

Face à cette épidémie exceptionnelle, la téléconsultation reste un « geste-barrière » pour lutter contre la propagation de la maladie. Outre, cette solution, rappelons qu’il est extrêmement important de se laver les mains et d’éternuer dans son coude. Si vous devez sortir pour faire vos courses, veuillez à garder au moins 1 mètre de distance de sécurité avec les personnes proches de vous. 

En début de semaine, Jérôme Salomon, le directeur général de la santé était très alarmiste sur la situation actuelle : « la situation de l’épidémie est très inquiétante, elle se détériore très vite ».

Comment fonctionne la téléconsultation ?

Pour soulager et surtout protéger le personnel soignant qui se trouve en première ligne, vous pouvez donc opter pour la téléconsultation. 

Pour réaliser une consultation 2.0,  il vous faudra un ordinateur, un téléphone ou encore une tablette ainsi qu’une caméra. Une fois que vous avez le matériel sous la main, il suffit de se rendre sur une plateforme (Qare, Doctolib, Docavenue…). Le malade prend alors un rendez-vous avec le médecin et le créneau horaire de son choix. Pendant cette consultation, le médecin pourra envoyer une ordonnance sécurisée dans l’espace personnel du malade. 

Bien entendu, si vous avez des difficultés à respirer, appelez directement le Samu.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES