Actualités santé

Démissions d'experts à l'AFSSAPS : le débat sur les conflits d'intérêts ne fait que commencer !

Publié par le , Mis à jour le 29/10/2014 à 13:35
L’ambiance est tendue ces jours-ci à l’AFSSAPS : l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé et son directeur général le Pr Dominique Maraninchi ont reçu la lettre de démission de plusieurs de leurs experts. Explications et décryptage.
 

Des « liens d’intérêts » entre les experts et les laboratoires

 
Un groupe de travail constitué d’experts externes à l’agence a rendu le jeudi 8 décembre leurs recommandations au sujet des infections ORL. 

Or, l’AFSSAPS a refusé de publier les résultats de ces recommandations « en son nom », arguant qu’il pouvait exister des « liens d’intérêts » entre les experts et des laboratoires pharmaceutiques.

Les experts ont donc immédiatement réagi en présentant pour la majorité leur démission. La lettre qu’ils ont envoyée au Pr Maraninchi précise qu’ils ne comprenaient pas pourquoi l’agence qui les a choisis pour ce projet, dans le respect  des règles de l’AFSSAPS, refusait aujourd’hui de publier leur travail.

En effet, « aucun de (leurs) liens (avec des laboratoires) n’avait été jugé suffisant pour exclure un des membres du groupe (…) », et tous avaient donc pu commencer à travailler sur ce sujet d’actualité. Il est donc tout à fait injuste pour eux que les règles aient changé entre le début du projet et son dénouement.

Surtout que le sujet sur lequel ils travaillaient est un sujet brûlant en France, où nous subissons une émergence plutôt inquiétante de bactéries multi-résistantes…
 

Le débat sur les liens d’intérêts

 
L’expression « conflit d’intérêts » n’a pas été employée, mais, typiquement, c'est le débat. Et c’est un sujet chaud en France depuis le scandale du Mediator. (dont vous pouvez relire nos articles dans nos actualités santé)

La direction de l’AFSSAPS, qui dit ne pas remettre en cause l’appel à des expertises externes dans le cadre de projets de ce type, aurait anticipé sur une future loi actuellement en discussion au gouvernement, et traitant des conflits d’intérêt.

Excepté que beaucoup trouvent qu’il s’agit ici d’un exemple d’excès de zèle de la part de l’agence : comment ont-ils déterminé la présence d’un conflit d’intérêt ? Et quelle est la frontière entre le conflit et le lien d’intérêt ?

Car oui, on peut trouver des liens entre tous les médecins et des laboratoires : soirées de formations, colloques, congrès, etc… Ces liens sont inévitables. En revanche, il ne faut pas qu’une personne ayant travaillé sur un produit puisse donner un avis sur la valeur du produit. Assez logique en somme...

L’avis de Mutuelle-land : espérons que la loi fera évoluer la situation, et fera office de retour au calme. Espérons également que la situation évoluera dans le bon sens : selon Jean-Pierre Door, député UMP du Loiret, « si nous voulons avoir des experts de qualité, il faut qu’ils se trouvent sur le terrain. Ils ne doivent pas abandonner leurs recherches ». Attention donc à ne pas nous tirer une balle dans le pied en matière de recherche.
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES