Actualités santé

Cigarette électronique : exagération de l'OMS ?

Publié par le

L’organisation mondiale de la santé (OMS) vient de sortir un rapport plutôt négatif sur les risques liés à la cigarette électronique. Ce petit dispositif représenterait un danger grave, notamment pour les plus jeunes. Des experts estiment quant à eux que ce rapport est exagéré et omet de mettre en valeur son intérêt contre le tabac.

L’e-cigarette serait moins dangereuse que la cigarette traditionnelle

Les experts de la cigarette électroniques contre-attaquent : le rapport trop négatif de l’OMS contre l’usage de l’e-cigarette est jugé « trompeur » et ne reflète pas les données actuellement disponibles, selon le Centre national des addictions au King's College de Londres.

Si l’OMS et les experts s’accordent sur la question de l’impact à long terme (on ne connait pas encore cet impact), les experts estiment que l’e-cigarette est moins dangereuse que le tabac traditionnel, même si la vapeur inhalée par le consommateur contient de la nicotine. Les experts « pro e-cigarette » expliquent que les « toxines dans les cigarettes électroniques ne représentent qu'une toute petite fraction de ce qu'on trouve dans la fumée des cigarettes traditionnelles ».

Jacques Le Houezec, spécialiste français du tabagisme va même jusqu’à déclarer que ce petit dispositif « pourrait sauver des millions de vies au cours de ce siècle et avoir l'impact de santé publique le plus important dans l'histoire de l'usage du tabac ».

Enfin, si l’OMS estime que la cigarette électronique n’est pas un sevrage tabagique, les experts disent le contraire : l’ecigarette favoriserait l’arrêt de la cigarette.

Retour sur le rapport de l’OMS

Ce document récemment publié contenait 54 points mettant en garde contre la consommation de la cigarette électronique. Parmi les points les plus marquants, la cigarette électronique, jugée comme « un danger pour la santé publique », notamment pour les plus jeunes.

Les recommandations de l’organisation allaient également vers l’interdiction de nommer les qualités de ce dispositif en tant que sevrage tabagique, puisqu’aucune preuve scientifique ne vient étayer cette affirmation. LOMS souhaite même la mise en évidence de messages dissuasifs, comme pour la cigarette.

Enfin, la recommandation phare concerne l’interdiction de la vente au mineur, ainsi que l’interdiction dans les lieux publics fermés.

De manière générale, il n’est pas recommandé d’inhaler quoique ce soit (fumée de cigarette, pollution, etc.). Pour arrêter de fumer, il existe différentes méthodes, et l’une d’entre elle consiste à se faire aider par un spécialiste. Cette méthode peut être prise en charge par une bonne mutuelle santé.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES