Actualités santé

En France, 23 % des jeunes sont mal informés sur le VIH et le sida

Publié par le , Mis à jour le 05/04/2019 à 11:12

Sidaction : les 15-24 ans insuffisamment informés sur la maladie

Alors que la 25e édition du Sidaction débute vendredi 5 avril, un sondage Ifop-Bilendi révèle que 23 % des jeunes de 15 à 24 ans se sentent mal informés sur la maladie. L’association s’inquiète d’une « banalisation du VIH et du sida ».

Toujours autant d’idées reçues sur le mode de transmission

La méconnaissance gagne du terrain. Alors que le Sidaction fête ce vendredi 5 avril son 25e anniversaire, un sondage réalisé par Ifop-Bilendi pour l’association, révèle que 23 % jeunes de 15 à 24 ans se sentent mal informés sur le VIH et le sida. Une méconnaissance qui ne cesse de s’accroître depuis 2009. Si encore une nette majorité s’estime bien informée, les clichés et idées reçues sont toujours aussi nombreux, particulièrement sur le mode de transmission. Ainsi, 17 % des jeunes pensent que le virus se transmet en embrassant une personne séropositive (contre 15 % en 2015). Ils sont également 13 % à estimer que la transmission passe par la transpiration (contre 10 % en 2015). Deux idées bien évidemment fausses.

« ll faut un travail de banalisation non pas du VIH mais des personnes qui vivent avec. Le problème du VIH en France, s’il est toujours médical, il est aussi social », explique au Huffington Post la directrice du service des programmes de Sidaction, Sandrine Fournier.

« N’oublions pas que le virus du sida est toujours là »

En France en 2017, 6 400 personnes ont découvert leur séropositivité et 25 000 sont porteuses du VIH sans le savoir. Le nombre de porteurs du VIH en France est évalué à environ 172 000 personnes. « On arrive à une sorte de plateau », s’inquiète Françoise Barré-Sinoussi, présidente de l’événement caritatif. Si i les traitements par trithérapie permettent aujourd’hui de rendre le virus indétectable et d’empêcher sa transmission, il n’existe toujours aucun traitement pour l’éliminer.

En 1994, pour la première édition du Sidaction, la comédienne Clémentine Célarié embrassait un séropositif sur la bouche pour montrer que le virus du sida ne se transmet pas ainsi. 25 ans après, la situation est toujours aussi inquiétante et le slogan de l’association se doit de résonner dans les esprits de chacun : « N’oublions pas que le virus du sida est toujours là ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES