Actualités santé

Incendie à Rouen : quels sont les risques pour la santé ?

Publié par le , Mis à jour le 02/10/2019 à 12:01

Un incendie a ravagé l'usine chimique de Lubrizol classée Seveso

L’incendie de l’usine chimique de Lubrizol classée Seveso à Rouen pose toujours question. Les habitants craignent pour leur santé alors que le gouvernement souhaite se montrer rassurant et transparent.

Des Rouennais incommodés par de très fortes odeurs

À Rouen, les habitants s’interrogent toujours sur les conséquences sanitaires de l’incendie de l’usine chimique de Lubrizol classée Seveso. Jeudi 26 septembre, peu avant 3 heures du matin, un feu s’est propagé au sein de cette usine qui produit des additifs pour l’huile. Les habitants médusés découvrent alors un épais nuage de fumée de plusieurs kilomètres de long. De la fumée constituée par endroits de suie et de poussière.

Les pompiers dépêchés sur place mettront plusieurs heures à vaincre ce gigantesque incendie. Au lendemain de la catastrophe, de nombreux Rouennais étaient toujours incommodés par de très fortes odeurs provoquant des nausées et des vomissements. Selon le Figaro, près de 122 passages aux urgences ont été enregistrés par les autorités sanitaires depuis la catastrophe.

En déplacement dans la capitale Normande, Agnès Buzyn, ministre de la santé parle « d’une ville clairement polluée ». Une déclaration qui a de quoi inquiéter un peu plus la population. Mais alors, cet incendie aura-t-il des répercussions sur la santé des habitants ? 

Edouard Philippe qui s’est rendu sur place le 30 septembre dernier se montre rassurant : « La qualité de l’air n’est pas en cause » et ajoute que le gouvernement sera totalement transparent avec la population : « Nous avons la volonté très ferme de dire ce que nous savons dès que nous le savons et d’accompagner nos concitoyens ».

Une surveillance renforcée des ressources d’eau souterraine

Face aux nombreuses photos montrant des eaux grises ou noires sur les réseaux sociaux, la préfecture tente d’apaiser les esprits : « Les 1ères analyses pratiquées immédiatement après l’incendie n’ont pas révélé d’anomalie » et explique « qu’une surveillance renforcée des ressources d’eau souterraine à des fins d’alimentation souterraine est mise en place sur les secteurs concernés par le passage du panache ».

Par mesure de sécurité, la préfecture de Seine-Maritime a tout de même décidé d’interdire la vente des exploitations agricoles de 112 communes du département.

Pour faire toute la lumière sur cet incendie et connaître les éventuelles répercussions sanitaires, des riverains ont décidé de porter plainte contre X.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES