Actualités santé

L'épidémie de bronchiolite frappe toute la France

Publié par le , Mis à jour le 13/12/2019 à 11:10

La bronchiolite se propage en France

La bronchiolite fait son grand retour en France. En l’espace d’une semaine, ce sont 4 000 passages aux urgences et 1 400 hospitalisations qui ont été recensés par Santé publique France. La maladie respiratoire qui terrifie les parents touche plus de 400.000 nourrissons chaque année.

4 000 passages aux urgences en une semaine

C’est une crainte pour les parents en cette période de fin d’année. La bronchiolite s’est installée sur l’ensemble de la France. Seule exception, la Corse qui se trouve en « phase pré-épidémique ». Selon les données de Santé publique France, 4 000 passages aux urgences et 1 400 hospitalisations ont été recensés entre le 2 et le 8 décembre 2019. Cela correspond à un passage aux urgences sur cinq et quatre hospitalisations sur dix. Des chiffres qui concernent des enfants de moins de deux ans.

En cette période de grève, beaucoup de parents ont également fait appel à SOS Médecins. Plus de 700 passages ont ainsi pu être comptabilisé. Rappelons que la bronchiolite est une maladie respiratoire qui touche principalement les plus petits. Ce sont 30% des bébés et des moins de deux ans qui sont concernés. Dans les faits, plus de 400 000 enfants vont devoir subir ses désagréments. Les principaux symptômes sont la toux, une respiration sifflante ou encore de la fièvre.

Jusqu’à peu de temps, la kiné respiratoire était le moyen privilégié pour venir à bout de la bronchiolite. Cette technique pour le moins angoissante pour les parents est désormais déconseillée par la Haute autorité de santé (HAS).

Cette nouvelle épidémie intervient dans un moment de saturation des hôpitaux. Le personnel de nombreux hôpitaux parisiens sont encore en grève pour manifester contre leurs conditions de travail. Résultats, de nombreux petits patients des services pédiatriques ont dû être transférés dans des établissements en province.

La kiné respiratoire n’est plus recommandée

En Novembre dernier, l’institution fait part de ses nouvelles recommandations et annonce que la kiné respiratoire est « contre-indiquée » à l’hôpital et « non recommandée » en médecine de ville pour les bébés de moins de 12 mois. A l’époque, Pierre-Louis Druais, le vice-président de la commission de la HAS affirme même que la technique peut aggraver l’état de santé d’un enfant souffrant d’une forme grave : « Chez les enfants hospitalisés (…), la kinésithérapie est non seulement inutile mais contre-productive. Cela va aggraver l’état de l’enfant qui est déjà fatigué et a du mal à respirer ».

La HAS rappelle toutefois que la kinésithérapie a un rôle à jouer dans la surveillance et le suivi des enfants atteints de bronchiolite. Désormais, elle préconise le lavage de nez et la surveillance des signes d’aggravation.

Il est d’ailleurs impératif pour les parents de bien apprendre à moucher et laver le nez d’un bébé. Dans le cas d’une surinfection bactérienne, les antibiotiques sont conseillés pour venir à bout de la maladie. À noter, que la haute autorité de santé invitent les médecins à bannir les sirops et les fluidifiants bronchiques.

Pour les enfants concernés par des séances de kinésithérapie, sachez que la Sécurité sociale rembourse 60% de la consultation. Cependant, pour obtenir ce taux de remboursement mieux vaut avoir respecté le parcours de santé. En clair, avant de prendre-rendez chez le kiné, obtenez une ordonnance de votre médecin traitant.

Le reste du tarif de la consultation peut être pris en charge par votre complémentaire santé. N’hésitez pas à les contacter pour obtenir les modalités de vos remboursements.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES