Actualités santé

La chirurgie esthétique est-elle en danger ? - Mutuelle-land.com

Publié par le

La France compte parmi les pays du monde où l’on pratique le plus d’interventions dans le domaine de la chirurgie esthétique. Elle compte d’ailleurs plusieurs praticiens dont la renommée a largement dépassé les frontières de l’Hexagone. Aujourd’hui, les chirurgiens doivent faire face à une situation alarmante. Les patients ont tendance à bouder les opérations esthétiques.

Pourquoi un recul de la chirurgie esthétique en France ?

Le métier de chirurgien esthétique (ou plasticien) suscite toujours les envieux. On imagine un « docteur » qui exerce dans une clinique luxueuse avec des patients qui se bousculent pour se faire ausculter. Aujourd’hui, il semblerait que ce secteur ait moins de succès. D’abord, il y a la crise économique qui a indubitablement des répercussions sur le pouvoir d’achat du public. Dans la mesure où les interventions à visée esthétique ne bénéficient pas d’un bon remboursement, moins de personnes y feraient appel.

Il faut aussi souligner la mise en place, en 2012, d’une TVA à 20 %. Pour y faire face, les chirurgiens ont le choix entre deux options : augmenter les tarifs pour rester dans la marge ou préserver les mêmes tarifs mais diminuer les bénéfices. Dans les deux cas, il existe un risque pour la bonne marche de leur entreprise. Enfin, il y a la concurrence étrangère. Les praticiens situés en dehors de la France font preuve de savoir-faire tout en pratiquant des prix très avantageux. De plus en plus de Français sont séduits par des opérations à l’étranger où, en plus de profiter de paysages de rêve, ils se « refont une beauté ».

Quelle prise en charge pour la chirurgie esthétique ?

La prise en charge par la Sécu est envisageable uniquement dans le cas où le « problème » constitue un réel handicap. Sont concernée la réduction mammaire, la chirurgie du nez ou du ventre, la correction de la mâchoire ou des oreilles. Les conditions à respecter sont assez strictes. Du côté des mutuelles, celles-ci interviennent en principe en complément de l’assurance maladie. Les conditions précédentes resteraient donc requises. Les complémentaires santé font généralement appel à un Médecin Conseil pour étudier le dossier et décider si le remboursement possède un caractère légitime.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES