Actualités santé

La moitié des adultes qui pensent être allergiques ne le sont pas

Publié par le , Mis à jour le 14/01/2019 à 11:08

Les experts préconisent de voir un spécialiste

Une étude américaine affirme que la moitié des adultes pensent à tort être allergiques. Les chercheurs encouragent les patients à prendre rendez-vous chez un allergologue pour éviter de se priver de certains aliments.

Il faut effectuer des tests de confirmation auprès d'un professionel

C’est un constat qui peut paraître étonnant et pourtant, quasiment la moitié des adultes qui pensent être allergiques ne le sont pas. C’est ce que révèle une étude américaine publiée dans la revue Jama New Open. Parmi 40 0000 participants, 19% se sont déclarés allergiques. Au final, les chercheurs ont découvert que seuls 10,8% l’étaient vraiment. Mais comment peut-on en arriver à de tels résultats ?

Selon les experts, de nombreuses personnes pensant être allergiques ne vont jamais chez un allergologue. Or, il est indispensable d’effectuer des tests de confirmation afin de poser un diagnostic sur l’allergie et surtout obtenir des conseils d’un professionnel de santé. En effet, en ciblant une allergie, le patient s’assure de ne pas éviter des aliments inutilement et ainsi d’éviter des futures carences.  

Les mollusques et crustacés, le lait et les arachides dans le top des allergies

Dans le classement des allergies les plus fréquentes, on trouve : les mollusques et crustacés (2,9%), le lait (1,9%), les arachides (1,8%), les noix (1,2%) et le poisson (0,9%).

En France, on estime que 20 à 30% de la population française est allergique. Si vous souhaitez consulter un allergologue, sachez que vous pouvez être envoyé par votre médecin traitant. Vous pouvez également directement prendre un rendez-vous avec ce spécialiste mais vous serez moins bien remboursé par l’Assurance maladie.

Pour une consultation chez l’allergologue, le remboursement s’élève à 70% du tarif conventionnel si l’assuré est muni d’une lettre d’orientation du médecin traitant. Le reste est pris en charge par la mutuelle.

À l'inverse, si vous ne respectez pas le parcours de soins coordonnés, le remboursement chute alors à 30% sauf dans le cas d’une consultation de suivi.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES