Actualités santé

Santé : tout savoir sur la puberté précoce

Publié par le

La puberté précoce est une pathologie rare qui touche les enfants de moins 9 ans. Nuisant à la croissance naturelle du malade, elle nécessite des examens ainsi que des traitements spécifiques. La Sécurité Sociale prend en charge une partie des soins, mais une bonne mutuelle santé est nécessaire pour une couverture intégrale.

Diagnostic et traitement de la puberté précoce

L’enfant atteint d’une puberté précoce présente les symptômes de la puberté, incluant le développement des testicules ou des seins, selon le sexe, ainsi que l’apparition d’une pilosité pubienne. Les causes probables de cette maladie rare sont multiples : tumeur des glandes surrénales, des testicules ou des ovaires, exposition à des rayons radioactifs, méningite à complication…

La maladie est diagnostiquée via différents examens. Une échographie des testicules ou des ovaires, ainsi que des glandes surrénales est notamment nécessaire pour détecter une puberté précoce d’origine périphérique. Si la pathologie est d’origine centrale, une IRM ou Imagerie par Résonance Magnétique est indispensable pour la déceler. Une radio au niveau du poignet permet aussi de déterminer un développement anormal des os.

Concernant le traitement de la puberté précoce, il est nécessaire d’enlever les tumeurs responsables si la pathologie est d’origine périphérique. Un traitement hormonal est indiqué pour une puberté précoce d’origine centrale. Si la pathologie n’est pas traitée, la croissance de l’enfant s’arrête dès l’âge de 10 ou 11 ans.

Les prises en charges par la muutuelle santé

La Sécurité Sociale rembourse 70% des soins nécessaires dans le traitement de la puberté précoce. La couverture proposée est basée sur des tarifs conventionnés. Pour les consultations, la couverture offerte peut aller de 23 euros à environ 49 euros selon qu’il s’agisse d’un spécialiste, d’un pédiatre ou d’un médecin généraliste.

Dans le cadre d’une hospitalisation, la Sécurité Sociale couvre également les frais à un taux de 80%, en se basant sur une grille tarifaire dite « de responsabilité ». Les dépassements d’honoraires ainsi que les forfaits hospitaliers restent en charge du patient, d’où la nécessité de souscrire une assurance santé.

Dans le cas où la consultation d’un psychologue est nécessaire, c’est l’assureur privé du malade qui couvre les dépenses. Le montant de la prise en charge dépend néanmoins de la formule d’assurance de l’assuré. Selon les primes mensuelles, l’assureur peut notamment appliquer une franchise.

Pour faire le bon choix, comparer les garanties, franchises et plafond de remboursement de plusieurs assureurs.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES