Actualités santé

La Sécu britannique utilise les « Cloud »

Publié par le

Les « Cloud » sont des masses de stockage d’informations et de données personnelles des utilisateurs d’Internet. La Sécurité Sociale britannique n’hésite pas à utiliser ces espaces de stockage.

Au service de la santé

Le National Health Service, Sécurité sociale britannique, a décidé d’employer ce système de traitement et de stockage de  données personnelles pour mieux gérer les informations sur plus de 125 millions de patients en cours d’hospitalisation en Angleterre et dans tout le Pays de Galle.

Le National Health Service a pour cela eu recours au cabinet privé PA Consulting. La masse de travail à traiter par les ordinateurs pour identifier, regrouper, classer et retrouver les fichiers des patients était trop colossale. C’est pourquoi, le système de traitement de données de Google a été utilisé. Ce système peut contenir plusieurs milliards de fichiers et les identifier en quelques minutes. Un coup de pouce non négligeable donc pour le National Health Service. La raison de ce choix est donc louable et ne devrait pas faire de scandale auprès du grand public et du Parlement britannique.

Mais bien évidemment, ce n’est pas le cas.  Le problème n’est pas la manière de traiter les données ou la manière de les conserver mais plutôt le fait que « tout le monde » peut avoir accès à ces données.

Les risques pour les patients

En acceptant l’utilisation des « Cloud », un internaute accepte d’envoyer absolument toutes les informations sur le système de gestion de Google. Il peut avoir accès à ces informations en tout temps. Le problème, c’est qu’il n’y a pas qu’un seul internaute. Plusieurs millions de personnes peuvent avoir accès à ces fichiers qui devraient être classés personnels ! Du coup, c’est le même problème pour tous les patients hospitalisés en Angleterre et au Pays-de-Galle. Mêmes si l’anonymat du patient était bien gardé et que Google ne devait pas avoir à utiliser ces données, d’autres informations pourraient être divulguées, sans l’autorisation des patients eux-mêmes.

Ce risque de voir leurs données personnelles divulguées constitue aussi l’une des raisons principales de la réticente des Français a considérer l’e-santé. Quoi qu’il en soit, nous vivons maintenant dans une ère technologique.

Nous faisons nos achats en ligne, nous faisons même appel à un comparateur de mutuelle santé en ligne pour trouver un contrat à notre place, pourquoi alors hésiter à l’utilisation de ces dossiers médicaux numériques. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES