Actualités santé

La technologie « 3D » est déconseillée aux enfants

Publié par le , Mis à jour le 19/08/2016 à 15:09

Filmes et jeux vidéos 3D : une technologie déconseillée aux enfants

Aujourd’hui, on assiste régulièrement à des progrès époustouflants en matière de nouvelles technologies. Dans l’univers du high-tech, on retrouve notamment la 3D qui fascine particulièrement les plus jeunes. L’utilisation de ce type d’écran devrait pourtant être limitée voire interdite chez les moins de 13 ans.

Ecran 3D : mauvais pour les enfants

Si l’on en croit l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), il est préférable de modérer l’usage des écrans 3D chez les plus jeunes. Il serait même conseillé d’éviter leur utilisation pour les tout-petits âgés de moins de six-ans. Elle doit ensuite être modérée jusqu’à l’âge de 13 ans. Pourtant, avec les fêtes de fin d’année qui approchent, nombreux sont les enfants qui ne manqueront pas de commander au père noël ce type d’écran.

Le rapport de l’Anses

L’Anses pointe du doigt les écrans 3D. L’agence a entrepris une évaluation des risques que représentent les technologies audiovisuelles pour la santé. Elle a, dans ce cadre, publié un rapport concernant donc la limitation indispensable du recours à ces produits « high-tech ». L’Anses met en avant le fait que chez les tout-petits, le système visuel est encore en plein développement. De ce fait, celui-ci est particulièrement sensible. Les parents vont-ils être sensibles aux recommandations de l’agence ?

Mise en garde des fabricants

Il est intéressant de noter que certains fabricants de consoles ont soumis des recommandations en ce sens. C’est notamment le cas de Nitendo avec sa console portable particulièrement populaire, la 3DS. Dans le mode d’emploi, on peut lire que l’affichage 3D est déconseillé pour les enfants de moins de 6 ans et est susceptible d’altérer leur vue. Les parents ont tout intérêt à bien lire les notices des produits qu’ils mettent à la disposition de l’enfant.

D’autant plus que les frais d’optique comptent parmi les plus onéreux et que le remboursement par l’assurance maladie est assez bas. Certes, il est possible de faire appel à une bonne complémentaire santé pour profiter d’une indemnisation optimale, mais il est toujours préférable de prévenir que guérir.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES