Actualités santé

Le gouvernement veut réduire la consommation des substances addictives

Publié par le

Alcool, tabac : comment lutter contre les addictions ?

Le gouvernement a dévoilé un plan en six axes pour réduire la consommation des substances addictives que sont le tabac ou encore l’alcool. A elles deux, ces substances sont responsables du décès de 122 000 personnes chaque année.

Validé en décembre par le cabinet du Premier ministre

Reporté à plusieurs reprises, le plan du gouvernement pour réduire la consommation des substances addictives a enfin été dévoilé mardi 8 janvier par la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca). Ce plan, qui met et aussi en garde contre « l’usage intensif » des écrans et des jeux vidéo, avait été validé par le Premier ministre le 19 décembre dernier. En préambule de ce plan, le Premier ministre, Edouard Philippe assure que le tabac et l’alcool tuent respectivement chaque année 73 000 et 49 000 personnes. Des chiffres qui « ne sont pas acceptables », pour le chef du gouvernement, qui appelle à « changer nos regards et nos habitudes » sur ces consommations.

6 axes, 19 priorités et 200 mesures

  • Le plan, qui affiche 19 priorités et 200 mesures, s’articule autour de 6 axes :
  • Protéger dès le plus jeune âge ;
  • Mieux répondre aux conséquences des addictions pour les citoyens et la société ;
  • Améliorer l’efficacité de la lutte contre le trafic ;
  • Renforcer les connaissances et favoriser leur diffusion ;
  • Renforcer la coopération internationale ;
  • Créer les conditions de l’efficacité de l’action publique sur l’ensemble du territoire.

Parmi ces 200 mesures on retrouve notamment l’amende forfaitaire pour usage de drogues. Cette mesure, déjà connue, prévoit que les recettes financeront des actions de prévention. Le gouvernement compte également mieux faire respecter « l’interdiction de vente aux mineurs du tabac, de l’alcool et des jeux d’argent ». « Les jeunes mineurs nous disent aujourd'hui dans les enquêtes qu'ils n'ont aucune difficulté à s'en procurer », indique à l’AFP Nicolas Prisse, président de la Mildeca.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES