Actualités santé

Les étudiants ne sont pas sérieux avec leur santé sexuelle - Mutuelle-land.com

Publié par le

Recourir automatiquement au préservatif dans le cadre de relations sexuelles ne constitue pas un comportement acquis chez les étudiants. Selon les résultats des études publiées par la mutuelle étudiante SMEREP, une grande partie de la population étudiante fait l’impasse sur ce moyen de protection.

Les rapports sexuels sans préservatif : une tendance ?

Les multiples campagnes menées en faveur de l’utilisation du préservatif ne seraient pas aussi efficaces si l’on se fie à la tendance de 30% des jeunes : le tiers de la population estudiantine n’en fait jamais usage. Ceci contre les 41% qui utilisent toujours un préservatif lorsqu’ils ont des relations sexuelles.

L’utilisation d’un autre moyen de contraception et le blocage que l’utilisation d’un préservatif peut induire chez les partenaires ou l’un d’eux sont les raisons les plus évoquées par les étudiants interrogées.

Autre motif : le dépistage des maladies sexuellement transmissibles avant d’avoir des rapports intimes. Lorsqu’ils changent de partenaires, 61% de la population estudiantine se font dépister. Les consommateurs de cannabis, quant à eux, sont ceux qui adoptent un comportement sexuel le plus dangereux puisqu’ils ne se protègent d’aucune façon.

Un comportement qui peut inquiéter l’assurance maladie

Le comportement sexuel à risque d’une grande partie des étudiants a de quoi inquiéter l’assurance maladie. Les risques auxquels ils s’exposent ne sont, en effet, pas des moindres. De plus, il apparaît, au cours de cette étude que les étudiants ne craignent pas les maladies sexuellement transmissibles et le sida. En raison de l’existence de différents traitements pour guérir ces maladies, ils ont de moins en moins conscience qu’elles peuvent aussi entraîner la mort.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES