Actualités santé

La prise en charge de l'alcoolisme

Publié par le , Mis à jour le 10/07/2013 à 17:41

Comme toute forme de toxicomanie, la dépendance à l’alcool est compliquée. Pour arrêter, la solution est l’abstinence accompagnée d’une cure de désintoxication. Ce type de soins est onéreux et long mais grâce aux assurances santé, privées ou publiques, des aides sont proposées.

Une cure de désintoxication dans un hôpital public

Si vous désirez guérir d’une dépendance à l’alcool, les options permettant d’accéder à un remboursement par la Sécurité Sociale sont multiples. La première option est une cure dans un hôpital public. Il s’agit en fait d’unités de soins. Le patient bénéficie d’une prise en charge totale des soins sans même avoir recours à une mutuelle santé. Ce remboursement inclut les frais de divers soins comme le suivi des médecins, les traitements contre la dépendance mais aussi l’hébergement.

Une cure dans un centre de soins sponsorisé par la Sécurité sociale

Mis à part l’hôpital public, l’hexagone dénombre à ce jour près de 225 CSAPA ou Centres de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie. Ces des organisations sont financées par la Sécurité Sociale, dont la spécialité est la dépendance aux drogues et à l’alcool. Plusieurs professionnels assurent le suivi du patient et tous les soins sont en totalité pris en charge par la Caisse Primaire d’Assurance Maladie.

La prise en charge de l’assurance santé en clinique privée

A l’heure actuelle, plusieurs centres spécialisés dans les addictions ont ouvert leurs portes. Ainsi,  certaines compagnies d’assurances santé ont décidé de proposer des contrats adaptés incluant une garantie « soins en alcoologie ». En respect d’un certain nombre de conditions, à savoir la durée de la cure et d’autres encore, en souscrivant une bonne mutuelle santé, les patients pourront jouir d’une prise en charge partielle ou intégrale des soins.

La prise en charge de l’accompagnement du patient durant sa cure

Faire face à une dépendance est bien souvent une lutte sans merci. En plus de la désintoxication de l’organisme du malade, les médecins ne doivent pas négliger l’aspect psychologique de la dépendance. Il arrive que la guérison soit assez longue. Il existe alors des centres dont le travail est d’accompagner le dépendant à la suite de son sevrage. Ces centres sont eux-aussi financés par les pouvoirs publics.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES