Actualités santé

Dentaire : pourquoi les patients renoncent-ils au soins ?

Publié par le

Le renoncement aux soins est un phénomène inquiétant notamment pour les postes de santé les plus imposants comme l’optique ou le dentaire. C’est pourquoi le réseau de soins SantéClair a fait une étude sur le renoncement aux soins, sur la base de devis de clients.

Les devis ont-ils abouti à des actes médicaux ?

SantéClair s’est penché sur l’analyse de devis de 500 patients (hors CMU et ACS). La question était de savoir si après un devis qui n’engage pas le patient, ce dernier s’est bel et bien lancé dans la pratique de cet acte dentaire. L’analyse de ces devis s’est fait un an après la demande.

Dans le détail, sur les 500 devis la majorité 448 concernaient les soins de prothèses dentaires, 52 devis concernaient les implants dentaires, et 397 des devis mettait en évidence un restant à charge important pour les patients (à hauteur d’au moins 250 euros).

Les résultats un an après la demande de devis :

  • 38 % des assurés n’ont pas fait suite pour les soins correspondants
  • 17,6 % ne les ont réalisé que partiellement
  • 42,6 % des patients seulement ont effectué la totalité des soins correspondant au devis.

Quelles sont les causes au renoncement ?

Selon l’étude SantéClair, les causes du renoncement aux soins ne sont pas uniquement financières. Selon les professionnels de santé, le taux de renoncement atteint 20 % même dans le cas d’un restant à charge nul.
Cependant, il existe un lien entre l’augmentation du restant à charge pour le patient et un taux de plus en plus élevé du renoncement. L’étude donne comme exemple qu’au-delà de 2 000 euros de restant à charge, il ne reste plus qu’un patient sur cinq qui procède au traitement.

Une autre cause du renoncement serait liée à la fameuse « peur du dentiste ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES