Actualités santé

Les autorités sanitaires ont une dent contre le blanchiment !

Publié par le , Mis à jour le 07/12/2011 à 17:31
Le blanchiment des dents est une pratique esthétique devenue tellement populaire qu’il est désormais possible de réaliser cette prestation à domicile ou dans des établissements spécialisés. Pourtant, une telle séance est loin d'être anodine et les dentistes les premiers s’inquiètent. Les autorités sanitaires alertent les Français sur cette pratique.

Mise en garde contre le blanchiment des dents


Suite aux mises en garde des chirurgiens-dentistes et à l'occasion de l’entrée en vigueur d’une directive européenne en septembre, la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et l’Afssaps se sont penchés sur la question du blanchiment des dents.

La directive européenne autorise l’utilisation de produits blanchisseurs dont la teneur en peroxyde d’hydrogène s’établit entre 0,1 et 6 % uniquement applicable par un dentiste.

Cette pratique, désormais possible en dehors du cabinet d’un dentiste, va être contrôlée par les deux organismes dans le but de vérifier le respect des normes de sécurité. Les produits utilisés dans ces cadres non médicaux ne doivent donc pas contenir plus de 0,1% de peroxyde d’hydrogène.

Des contrôles sont actuellement effectués en ce sens et les organismes rappellent aux adeptes de ces séances de rester vigilants quant à la fréquence des blanchiments.

Une pratique qui s’est trop démocratisée ?


Le blanchiment est donc autorisé dans des établissements non médicaux, tout bonnement chez des commerçants. Il s’agit par exemple de bars à sourire dans lesquels les clients peuvent obtenir une teinte plus blanche de leurs dents.

En l’absence d’un suivi médical, les clients sont appelés à la plus grande prudence. Des séances trop fréquentes peuvent favoriser une hypersensibilité des dents provoquant ainsi des douleurs.

L’esthétique oui, mais pas à n’importe quel prix !

L’avis de Mutuelle-land : si vous nécessitez absolument d’un blanchiment, optez plutôt pour une consultation chez le dentiste. Ce professionnel des dents pourra commencer par un détartrage et ses soins supplémentaires remboursés par la Sécurité Sociale et les mutuelles. Vous pourrez également réaliser un blanchiment dans le respect des normes de sécurité sanitaires mais cette pratique, considérée comme purement esthétique, ne permet pas d’être remboursé.
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES