Actualités santé

Les fabricants de sucreries cachent la présence de nanoparticules

Publié par le

Certains bonbons, ou sucreries, contiendraient des nanoparticules

Selon une nouvelle enquête de l’association de consommateurs 60 millions de consommateurs, les fabricants de sucreries cacheraient la présence de nanoparticules dans leurs produits. Est-ce dangereux pour notre santé ?

Un vieux mensonge ?

Alors que l’industrie agro-alimentaire assurait depuis longtemps ne pas utiliser d’ingrédients à base de nanoparticules (oxyde de fer, silicium, dioxyde de titane, etc.), il semblerait que ce soit un mensonge par omission. Ces éléments, dont les particules ont un diamètre  inférieur à 100 nanomètres (nm), soit un dix-millionième de mètre, explique 60 millions de consommateurs (extrêmement petites donc) peuvent facilement passer dans notre organisme.

Dans l’alimentation, ces nanoparticules permettent de modifier la couleur, l’odeur, la fluidité ou encore la texture des prduits.

60 millions de consommateurs s’est donc penché sur l’analyse de 18 produits sucrés (bonbons, gâteaux, desserts glacés) dont la cible consommateurs est principalement les enfants. Objectif : en avoir le cœur net : ces produits contiennent-ils du dioxyde de titane (connu sous le nom de colorant E171) sous forme nanoparticulaire ?

100 % des produits testés contenaient des nanoparticules

Etonnant, mais selon les résultats de l’enquête de 60 millions de consommateurs, tous les produits testés contenaient sans exception des nanoparticules de dioxyde de titane. Et le plus gros problème, c’est que la mention [nano] n’apparait nulle part sur les étiquettes de ces produits, comme l’oblige le règlement européen Inco. Selon l’association de consommateurs, « soit les marques ignorent cette présence dans les ingrédients qu’elles utilisent, soit elles nient le problème… », ce que l’association n’a pu réellement définir, puis l’ensemble de entreprises contactées disaient ne pas utiliser de tel substances dans la fabrication de leurs produits.

Pour l’instant, les études scientifiques ne permettent pas de savoir si ces nano sont dangereuses pour la santé. Toutefois, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) rendait un avis alarmant sur le dioxyde de titane (colorant E171). En effet, sur les rats, les nanoparticules entraînait dans le côlon une croissance accélérée de tumeurs bénignes comme les polypes. Si ces résultats ont été observés chez les rats, ce n’ets pas le cas chez l’Homme.

Selon 60 millions de consommateurs, en attendant une plus grande transparence sur la question, il faut bannir les aliments contenant des additifs suspects. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES