Actualités santé

Paris : inégalité face à l'accès aux soins

Publié par le

La mutuelle santé constitue un luxe pour de nombreux Parisiens. Contrairement à ce que la tendance porte à faire croire, les habitants de la capitale ne sont pas tous égaux devant l’accès aux soins.

L’Ordre national des médecins a révélé dans un rapport que toutes les régions françaises, Ile de France comprise étaient touchées par la « désertification » avec une moyenne d’âge des médecins parisiens étant de 57 ans.

Des disparités entre les arrondissements

L’Agence régionale de santé (ARS) classe le quartier de la Goutte d’Or dans le 18ème et le secteur Curial-Cambrai-Alphonse Karr dans le 19ème arrondissement de Paris comme « zones déficitaires ». Déjà classées comme zones urbaines sensibles, les généralistes du quartier pointent des inégalités sociales de santé. Ainsi, le nombre de malade n’ayant pas accès aux soins s’accroît.

L’assurance santé et les personnes les plus démunies

Dans la capitale, cette catégorie de personnes inclut celles qui passent le moins d’examens préventifs, en raison de leur situation financière parfois précaire, selon le rapport de l’Assurance Maladie. Cela amoindrit leurs chances de bénéficier des soins destinés à éviter certaines maladies.

Une généraliste met en exergue l’augmentation de cas « de familles qui perdent leur travail, et du même coup l’assurance complémentaire qui allait avec. Ne pouvant s’offrir une complémentaire haut de gamme, elles en prennent une qui grève leur budget mais ne prend pas toujours en charge certains soins pourtant essentiels ».

Les solutions proposées

Pour pallier à la difficulté de souscrire une assurance santé, un programme destiné à la création et à la modernisation des centres de santé de la capitale a été mis en place.

Grâce à ce programme, au sein de certains établissements de Paris, les personnes les plus démunies peuvent accéder à des soins de qualité sans devoir débourser beaucoup d’argent.

Le nombre de généralistes en secteur 1 étant mal réparti, le programme prévoit aussi une augmentation en nombre de ce type de praticiens. Ceci, en vue d’éviter à ceux qui ne peuvent pas se permettre de souscrire une assurance santé de devoir assumer le montant non remboursé par la Sécurité Sociale. L’accès à de meilleurs soins est ainsi optimisé.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES