Actualités santé

Y a-t-il un risque de dépendance aux substituts nicotiniques ?

Publié par le

Les substituts nicotiniques sont utilisés dans le cadre de l’arrêt du tabac. Ils permettent au futur ex-fumeur d’arrêter en douceur. La consommation de ces produits aide à affronter la transition. Ils peuvent se présenter sous la forme d’une gomme d’un patch, d’un comprimé, d’un médicament ou encore d’une cigarette électronique. La question qui se pose est de savoir si ces derniers peuvent causer une dépendance.

Des produits sans danger

Avant tout, les substituts nicotiniques ne sont pas dangereux pour la santé. Ils font l’objet d’un encadrement très strict tout au long de leur fabrication. Ensuite, le risque de surdosage est assez improbable d’autant plus que l’on se rend compte assez facilement que la dose maximale a été atteinte. En effet, on est assailli par une sensation de dégoût. Dans les cas extrêmes, la bouche peut devenir pâteuse et une diarrhée peut se manifester. Il est également possible que les battements du cœur s’accélèrent.

Existe-t-il un risque d’addiction ?

Effectivement, il existe un risque d’addiction mais ce n’est pas systématique et tout dépend des individus. Pour une utilisation saine, il est vivement recommandé de respecter les doses lesquelles doivent avoir été prescrites par un professionnel de la santé qui a suivi de près l’usager. La dépendance est généralement d’ordre psychologique : le fumeur recherche une certaine gestuelle consistant à porter quelque chose à la bouche. On ne manquera pas de noter que le recours au patch implique un moindre risque de souffrir d’une addiction de ce type. C’est plus compliqué avec les gommes, pastilles et autres produits qui se prennent par voie orale.

Pour éviter de dépendre des substituts, il existe des stratégies à mettre en place. Primo, il faut différer autant que possible la prise du tout premier substitut. Ensuite, il ne faut pas en consommer à l’envie mais déterminer à l’avance un programme de prise. Puis, réduisez progressivement la fréquence. Parallèlement, faites du sport et mangez sainement. Evitez autant que possible d’être désœuvré pour ne pas céder à la tentation de prendre un substitut.

A souligner qu’un traitement à base de substituts prescrit par un médecin est remboursé par la Sécu à condition que le produit concerné se trouve sur la liste des produits remboursable. Le cas échéant, il est nécessaire de faire appel à une mutuelle pour une indemnisation optimale.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES