Actualités santé

Loi Santé : des droits étendus pour les pharmaciens et sages-femmes

Publié par le

La vente des médicaments devra respecter un protocole mis en place par la HAS

Dans une démarche d’accès aux soins et pour faciliter la vaccination, l’Assemblée nationale a décidé d’étendre les fonctions des pharmaciens et des sages-femmes.  De nouvelles autorisations qui rentrent dans le cadre du projet de loi santé.  

Offrir un accès supplémentaire aux soins

L’Assemblée nationale donne son feu vert à la prescription de certains médicaments habituellement sur ordonnance par les pharmaciens. Ils auront donc la possibilité de dépanner les malades dont le médecin ne serait pas forcément disponible sous certaines conditions. Comme l’explique Thomas Mesnier (LaREM) rapporteur du projet, la vente devra respecter un protocole mis en place par la Haute autorité de santé. D’ailleurs, le pharmacien devra suivre « une formation et aura une obligation de lien et d’information au médecin traitant ». Le député a tenu à rassurer les plus sceptiques : « il n’est pas question ici de donner un droit de prescription aux pharmaciens ». Non, pour Thomas Mesnier, le but est simplement d’offrir un accès supplémentaire aux soins aux Français.

Dans les faits, les pharmaciens pourront donc délivrer des médicaments qui concernent des pathologies bénignes comme les cystites ou certaines angines.

Les sages-femmes pourront vacciner les enfants

Les députés ont aussi autorisé l’élargissement des compétences des sages-femmes. Elles pourront ainsi prescrire et pratiquer des vaccinations auprès des enfants. Là encore, l’objectif est de faciliter le parcours de soins d’un patient et surtout favoriser la couverture vaccinale dans le pays. Aujourd’hui, les sages-femmes peuvent prescrire et vacciner uniquement une femme enceinte dans le cadre de son suivi de grossesse, un nouveau-né ainsi que leur entourage.

Même si 11 vaccins sont désormais obligatoires depuis le 1er janvier 2018 pour les nouveau-nés, la couverture vaccinale reste encore faible en France. Le pays est d’ailleurs un très mauvais élève avec un taux inférieur à 20% de la population. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES