Actualités santé

En savoir plus sur la prise en charge des maladies professionnelles

Publié par le

Les maladies professionnelles sont couvertes de façon spécifique par la Sécurité Sociale. Quelques conditions sont néanmoins imposées pour bénéficier d’une couverture, si ce n’est que le statut « professionnel » de la pathologie. Découvrons quelles sont exactement ces maladies liées au travail et comment se passe la prise en charge par l’assurance santé.

Des justificatifs obligatoires

Le nombre de déclarations de maladies professionnelles auprès de la Sécurité Sociale s’élève à environ 50 000 par an.

Afin de bénéficier d’une prise en charge, le malade doit déclarer la pathologie auprès de celle-ci, avec une attestation médicale en appui. Les maladies dites professionnelles sont celles contractées lors d’une activité à risque dans le cadre du travail.  Parmi les plus courantes, on peut citer les problèmes pulmonaires et le syndrome du canal carpien, qui touchent particulièrement les ouvriers en bâtiment et les travailleurs en usine.

Quelle prise en charge ?

La Sécurité Sociale rembourse intégralement les frais engagés dans les soins d’une maladie professionnelle. De la consultation jusqu’aux achats de médicaments, en passant par les examens médicaux divers et les frais d’hospitalisation. Mais ce, sur la base des tarifs conventionnels appliqués par l’organisme. Ils arrivent que certains soins spécifiques ne soient pas pris en charge par celle-ci. Ainsi, la souscription d’une mutuelle santé individuelle reste indispensable pour couvrir les dépenses non remboursées par la Sécurité Sociale.

Un système d’indemnisation

Etant donné qu’une maladie professionnelle s’accompagne souvent d’un arrêt de travail, la Sécurité Sociale prévoit une indemnisation journalière.

Le montant de l’aide varie de 60% à 80% du salaire journalier du malade. En principe, le versement du reste implique la responsabilité de l’employeur. Si l’assurance santé individuelle du salarié propose un volet de couverture en cas de maladie professionnelle, celle-ci lui versera également une indemnité complémentaire. Une rente d’incapacité permanente est ensuite prévue dans le cas où l’état du salarié ne s’arrange pas et son arrêt de travail devient définitif.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES