Actualités santé

Les primes à la performances des médecins généralistes

Publié par le
2 réactions Note

Si les médecins remettent en cause leur rémunération qui stagne depuis quelques années, ce qui est moins connu, c’est la prime qu’ils reçoivent en fin d’année. Comment cette prime est-elle appliquée ? Explications.

Rémunération des médecins : une prime à la performance

Les médecins reçoivent une prime à la performance en fin d’année.  Pour toucher cette prime, le médecin doit respecter les objectifs fixés par les politiques de santé publiques. Meilleur moyen de de mesurer leurs objectifs : vérifier les prescriptions. En effet, les prescriptions comportent la totalité des informations médicales.

Si le ministère de la santé fixe un objectif de prescription d’antibiotiques à la baisse, les médecins seront évalués par rapport à leurs prescriptions. Un médecin qui respecte le taux de baisse imposé  se verra remettre sa prime de fin d’année. De la même manière, les objectifs de performance peuvent concerner la prévention ou la prescription de médicaments génériques.

La prime peut représenter jusqu’à 10 % de la rémunération annuelle des médecins généralistes. L’année passée, le montant de la prime atteignait en moyenne 6 200 euros, pour un peu plus de 50 000 généralistes.

Mieux prescrire pour la santé publique, pour faire des économies. Oui, mais l’Assurance Maladie aurait en ce sens déboursé 376 millions d’euros en 2014 (plus qu’en 2012 et 2013).

 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
2 RÉACTIONS
Bravo le démago ! Quand on sait que le tarif de la consultation médicale est à la moitié de sa valeur réelle vis à vis de la moyenne européenne, et que la France devient un lieu de tourisme médical grâce à des tarifs cassant toute concurrence, on se demande si ces primes ne sont pas la partie émergée de l'iceberg de ce que doit la sécurité sociale aux médecins. Franchement, vérifier les prescription ? Vous vous entendez ? Et pourquoi ne pas fliquer les médecins ? Ou les faire travailler dans des goulags ? N'importe quoi, cet article !
Trois pour cent des médecins-j 'en fait partie-, par souci élémentaire de dignité, on refusé ce bakchich indigne. De même qu'ils refusent l'assujettissement aux caisses et aux mutuelles, défendant une médecine digne et libre. J'attends, avec impatience, le jour où seront exposés au grand jour les conflits d'intérêts entre les hiérarques socialistes (enfin, prétendus tels)et les mutuelles. Je crains toutefois, qu'il ne faille attendre encore longtemps....

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES