Actualités santé

Médicaments : des messages d'alerte sur les boîtes contenant du paracétamol

Publié par le

L'ANSM recommandait que ces messages apparaissent sur les boîtes

Le paracétamol est courant souvent perçu comme anodin. Pourtant, même si elle est sous-estimée, sa dangerosité est bien réelle. Une situation prise en compte par les autorités de santé puisque, les boîtes de médicaments contenant du paracétamol comporteront prochainement des messages d'alerte. Un message qui doit permettre d’éviter les surdoses.

Un médicament sous-estimé  

Le paracétamol, un médicament dangereux malgré les apparences. En France, le Doliprane reste, est de loin, le médicament le plus consommé. Chaque année, près de 500 millions de boîtes de paracétamol sont achetés dans l’Hexagone. Une consommation, ou surconsommation, d’un produit que l’on obtient sans ordonnance. Apparemment anodin, le paracétamol peut pourtant se révéler dangereux. « Le paracétamol, c'est la meilleure et la pire des choses. C'est un médicament anodin, très bien toléré dans 99,999 % des cas, mais qui devient une arme extrêmement dangereuse quand il est utilisé en dehors des clous », indiquait à l'AFP le pharmacologue François Chast.

Un surdosage trop fréquent

Cette dangerosité, sous-estimée par les Français, alarme l’Agence nationale du médicament (ANSM). Cette dernière avait d’ailleurs demandé que des messages d’alerte apparaissent sur les quelques 200 médicaments contenant du paracétamol. Un vœu qui va être exaucé. Pour éviter le surdosage, les dangers du paracétamol seront bientôt détaillés sur les boîtes de médicaments. Une victoire pour le professeur Christophe Bureau, secrétaire général de l’Association française pour l’étude du foie. « En renforçant les messages d'informations sur les boites, on évitera des « mésaventures au paracétamol », c'est à dire des gens qui vont prendre des doses quotidiennes de 3-4 g, alors que pour un certain nombre de raisons et de conditions, c'est potentiellement toxique pour leur foie », indique-t-il à Europe 1.

Un surdosage qui en effet se révéler mortel. Le décès de Naomi Musenga en juillet dernier avait ranimé le débat sur le sujet. Alors que les notices stipulent que le dosage est de 500 milligrammes à 1 gramme toutes les 6 à 8 heures, avec une dose maximale de 3 à 4 g/jour, de nombreux Français en font fi. François Chast rappelle d’ailleurs que « la première cause d'hépatite aiguë toxique est le paracétamol ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES